Soins communautaires

Certains domaines clés joueront un rôle déterminant pour augmenter la réussite des programmes visant à améliorer le bilan en micronutriments des femmes.

Notre projet communautaire en santé et nutrition de la mère et du nouveau-né est la plus importante étude jamais entreprise par Nutrition International.

Avec le soutien du gouvernement du Canada, par le biais de l’Initiative de Muskoka, nous montrons comment améliorer la qualité et l’utilisation des soins prénatals, pernatals et postnatals, dans les populations difficiles à rejoindre en Éthiopie, au Kenya, au Sénégal et au Niger.

Non seulement les enseignements tirés de cette recherche mondiale profiteront à ces quatre pays africains, mais ils pourront être adaptés à beaucoup des pays les plus pauvres au monde, comme une manière innovante de faire bénéficier les plus vulnérables d’un programme essentiel et intégré de services en santé et nutrition.

Santé des femmes

Il est peu fréquent que les femmes enceintes des pays en développement, un groupe hautement prioritaire, soient en contact avec le système de soins de santé suffisamment tôt pendant leur grossesse.

Cela accroît le risque de maladie ou de décès pour elles et leurs nouveau-nés. Il peut arriver que ces femmes n’aient pas accès aux services de santé jusqu’à un stade avancé de leur deuxième trimestre de grossesse, et parfois plus tard. Cela n’offre donc pas beaucoup d’occasions de s’occuper en temps opportun de certains de leurs problèmes de santé sous-jacents, comme l’anémie ferriprive. Quant à celles qui ont un meilleur accès aux soins, elles ont besoin d’un système de soins de santé solide.

Fournir aux femmes les bons nutriments et de la bonne manière

Beaucoup de problèmes de santé et nutrition débutent avant la grossesse, et nous, qui nous intéressons à l’amélioration des programmes en santé des femmes, devons étudier de nouvelles méthodes, entre autres le marketing social, pour amener les femmes à aller chercher des soins pour elles-mêmes avant de fonder une famille. Cela peut également inclure des démarches de sensibilisation ciblant des groupes différents – notamment les adolescentes, scolarisées ou pas.

L’enrichissement des aliments, notamment l’iodation du sel, a bénéficié à des millions de gens dans le monde entier. Pourtant, il reste encore plus de travail à accomplir dans ce domaine et, notamment, il est possible d’augmenter la quantité de produits enrichis offerts par les programmes de protection sociale.

De nombreux programmes en santé des femmes font état de taux d’adhésion médiocres à la supplémentation en fer et en acide folique parmi les femmes enceintes. Même si les femmes reçoivent les suppléments, nous ignorons souvent si elles les prennent régulièrement pendant leur grossesse. Pour améliorer cette situation, nous devons comprendre ses causes.

Dans le cadre de son travail en production de données probantes et élaboration de politiques, Nutrition International mène des enquêtes, dans certains pays, sur ce qui est fourni aux femmes (quelle composition et quelle dose), sur l’information fournie par le travailleur de la santé et même sur l’apparence du conditionnement.

De meilleures recherches pour de meilleures stratégies

L’élément clé dans tout ce qui précède, c’est l’importance des méthodes de recherche formative pour élaborer de meilleures stratégies d’éducation dans les programmes. La recherche formative peut aider à s’attaquer aux obstacles que les femmes et les fournisseurs de soins de santé recensent et à utiliser les suggestions de ces groupes quant à la manière d’améliorer l’accès et l’adhésion. Ce type de planification peut être reproduit dans d’autres pays pour une meilleure réussite des programmes en santé des femmes.