Guatemala : L’Initiative pour les micronutriments sauve des vies humaines grâce au zinc

Adelina Mo, une éducatrice sanitaire, s’adresse à un groupe de mères au centre de santé de Santa Cruz.

Adelina Mo, une éducatrice sanitaire, s’adresse à un groupe de mères au centre de santé de Santa Cruz.

C’est le début de la matinée au centre de santé de Santa Cruz, situé dans le département de l’Alta Verapaz, au Guatemala. La salle d’attente bourdonne de voix d’enfants, des personnes qui les accompagnent et du personnel. Chaque enfant est tout d’abord pesé, mesuré, puis on vérifie sa fiche de santé. Le personnel inscrit la raison de la visite et lui administre une dose de vitamine A ou un vaccin, si nécessaire.

Dans la salle, pendant qu’elles attendent de voir l’infirmière ou le médecin, les personnes qui s’occupent des enfants représentent un auditoire captif pour Adelina Mo, une éducatrice sanitaire. Comme c’est la saison de la diarrhée, elle explique comment traiter cette maladie qui peut être mortelle. Parlant le Pocomchi, la langue locale, elle explique qu’il faut continuer à alimenter les enfants qui souffrent de diarrhée, leur faire boire beaucoup de liquide et les traiter à l’aide d’une combinaison de sels de réhydratation orale (SRO) et de comprimés de zinc.

Chaque année, jusqu’à 1,5 million d’enfants meurent de maladies diarrhéiques. Bien qu’on utilise les SRO depuis des décennies pour les traiter, de récentes études ont démontré que l’ajout de suppléments de zinc pendant 10 jours pouvait non seulement aider les enfants à récupérer plus rapidement, mais aussi leur sauver la vie. Le zinc favorise l’immunité, améliore la résistance à l’infection, et stimule la croissance, le développement du système nerveux ainsi que la production d’anticorps contre les agents pathogènes intestinaux. Un traitement peut accroître la résistance des enfants à d’autres épisodes de diarrhée et à d’autres maladies pendant les deux à trois mois suivant la prise de zinc.

Le centre de santé de Santa Cruz où travaille Adelina a participé à un projet pilote visant à ajouter la supplémentation en zinc au traitement de la diarrhée. Grâce à l’appui de l’Initiative pour les micronutriments (IM) et du soutien financier de la Fondation Izumi, le ministère de la Santé du Guatemala a introduit le traitement au zinc dans trois districts, en 2007. Le projet comprenait les fournitures, la formation, le matériel de communication, le suivi et la supervision. Le personnel local a été formé sur la façon de démontrer l’usage approprié des suppléments aux personnes qui s’occupent des enfants.

Le projet pilote initial a connu un franc succès, le taux de participation étant très élevé, en particulier chez les mères les moins instruites et les plus pauvres. Grâce à cette réussite, le projet mis en œuvre dans trois districts a été étendu à 19 districts, dans tout l’Alta Verapaz, et transformé en projet national par le ministère de la Santé.

Agente régionale de soins de santé du ministère de la Santé dans l’Alta Verapaz, Estela Cojoc a été la première à promouvoir ce projet. « Au début, nous avons concentré nos efforts sur le renforcement des capacités du personnel de santé, en priorité. Nous voulions vraiment qu’il transmette le message sur les avantages du zinc aux personnes qui s’occupent des malades », a-t-elle expliqué. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi avoir fait autant d’efforts de formation au début du projet, elle a répondu : « Parce que nous devions garantir les résultats. En obtenant des résultats dans ces trois districts, il était plus facile d’introduire le programme dans les autres. »

Lorsqu’une rupture de stock de suppléments de zinc est survenue au cours de l’hiver, même si elle n’a pas duré longtemps, les parents l’ont remarquée. « Ils venaient au centre de santé et lorsqu’ils recevaient les SRO, ils demandaient les “pilules blanches”, le zinc en plaquettes. Ils pouvaient réellement constater le changement qu’apportait le zinc chez leur enfant », a-t-elle ajouté.

Il est évident que le message d’Adelina passe très bien, et qu’avec l’ajout d’une chose aussi simple que le zinc, nous pouvons contribuer à sauver la vie d’enfants au Guatemala.