Bima, Indonésie : L’unique facilitatrice du sel du pays améliore grandement la vie de la population

Layli est la première et unique facilitatrice de l’Initiative pour les micronutriments en Indonésie. Ses efforts ont permis de fournir du sel iodé à jusqu’à 3,6 millions de personnes, dont des enfants, afin de prévenir les troubles dus à la carence en iode.

Layli est la première et unique facilitatrice de l’Initiative pour les micronutriments en Indonésie. Ses efforts ont permis de fournir du sel iodé à jusqu’à 3,6 millions de personnes, dont des enfants, afin de prévenir les troubles dus à la carence en iode.

Dans les villages du district de Bima, en Indonésie, les enfants rient et discutent entre eux avec enthousiasme. Ceux qui fréquentent les écoles locales participent activement en classe; leur attention est évidente, car ils répondent spontanément aux questions de leurs enseignants. Ces enfants, leurs parents ainsi que les membres de leur famille et de leur collectivité sont la raison pour laquelle Layli Rahma Dianti se lève tôt chaque matin. Elle parcourt un long trajet de 30 kilomètres pour visiter les mines de sel de trois villages producteurs du district où le sel est iodé. Layli ne se plaint pas de son travail difficile, parce qu’elle est consciente de l’effet qu’engendre le sel iodé sur l’amélioration de la qualité de vie dans son pays.

Layli est la première et unique facilitatrice de l’Initiative pour les micronutriments (IM) en Indonésie. Depuis avril 2009, elle occupe un emploi à prédominance masculine, dans ce pays et dans le monde.

La carence en iode est la principale cause évitable de lésion cérébrale, les plus graves conséquences se manifestant pendant le développement du fœtus et au cours des premières années de la vie. Depuis des décennies, l’iodation du sel a permis de prévenir la carence en iode chez des milliards de personnes. Le sel est le véhicule idéal de l’iode parce qu’il est quasi universel, et ce, même dans les régions pauvres, et il est abordable. En Indonésie, l’M a recourt à des facilitateurs et des facilitatrices comme Layli pour aider à ioder le sel de petits producteurs qui le troquent, l’échangent ou le vendent moins cher aux familles les plus pauvres.

La partie la plus importante du travail de Layli (à droite) consiste à visiter les sites, afin de contrôler l'iodation du sel et d’apporter une assistance technique aux producteurs.

La partie la plus importante du travail de Layli (à droite) consiste à visiter les sites, afin de contrôler l’iodation du sel et d’apporter une assistance technique aux producteurs.

Ces petits producteurs se partagent l’utilisation de quatre machines d’iodation du sel mobiles et de 50 mélangeurs manuels. Layli gère et suit les équipes opérationnelles prenant part à l’iodation sur place et participe à l’exploitation quotidienne de chaque site. Elle travaille avec le gouvernement régional de Bima afin de fournir l’iodate de potassium aux opérateurs des machines d’iodation du sel. Elle fait aussi un suivi régulier de la performance des machines, des pompes de dosage et des mélangeurs, et coordonne la réparation d’équipement ou l’aide technique nécessaire.

Layli et ses partenaires gouvernementaux procèdent également à des contrôles aléatoires de la teneur en iode dans le sel, afin de s’assurer qu’il renferme la quantité suffisante pour la prévention de la carence en iode. Elle participe également aux activités liées à la Lutte contre les carences en iode (LCCI) et collabore avec les représentants locaux afin de faire appliquer l’interdiction de vendre du sel non iodé.

Il est évident que l’excellent travail de Layli porte ses fruits : l’an dernier, environ 18 000 tonnes métriques de sel iodé ont été produites dans le district de Bima. Ses efforts ont contribué à fournir du sel iodé à jusqu’à 3,6 millions de personnes, dont des enfants, afin de prévenir les troubles dus à la carence en iode. Ces enfants ont à présent de bien meilleures possibilités d’atteindre leur plein potentiel et de mener une vie productive en santé.