Semaines de la santé des enfants : Surmonter les obstacles pour sauver la vie d’enfants

haiti-chw-storyHaïti demeure l’une des nations les plus pauvres et les moins développées au monde. Récemment, ce pays a dû lutter contre de nouveaux bouleversements politiques, des crises sanitaires incluant une poussée épidémique de choléra en 2010, une grave détérioration de l’environnement et des ouragans. En janvier 2010, Haïti a également dû faire face à un tremblement de terre dévastateur, qui a réduit une grande partie de sa capitale à un amas de décombres, tuant des centaines de milliers de personnes et laissant plus d’un million de personnes déplacées, vivant sous des tentes et des bâches.

Malgré l’adversité, le ministère de la Santé publique et de la population (MSPP) a accompli un travail constructif pour la santé et la nutrition de la population haïtienne; l’Initiative pour les micronutriments (IM) est l’un des principaux organismes qui soutiennent les Semaines de la santé des enfants (SSE). L’IM apporte un aide au MSPP dans l’organisation des SSE, appuyée par le gouvernement du Canada (l’Agence canadienne de développement international – ACDI), par la Banque interaméricaine de développement (BID) et par plusieurs autres organismes donateurs. Cette initiative permet de fournir des vitamines et des minéraux aux enfants âgés de cinq ans et moins ainsi qu’aux femmes en âge de procréer, et d’offrir une vaccination de rattrapage aux enfants. Elle donne également aux femmes un accès aux conseils sur l’allaitement au sein et à de l’information sur les centres de traitement du choléra. Les services de santé de base offerts dans le cadre des SSE constituent l’un des moyens les moins coûteux et les plus efficaces de diminuer la mortalité infantile en renforçant le système immunitaire des enfants.

Plus de 20 000 nourrissons haïtiens meurent chaque année de maladies évitables comme la diarrhée et les infections respiratoires; on observe aussi que le taux de mortalité est élevé même chez les enfants ne souffrant que d’une légère carence en vitamine A. La supplémentation des enfants dont l’alimentation ne comble pas les besoins en vitamine A aide à renforcer leur système immunitaire, les protégeant de nombreuses maladies. Il est également vital de vermifuger régulièrement les enfants âgés de moins de cinq ans, dans les pays comme Haïti où existent des vers parasites tels que l’ankylostome et le ver rond. Ces parasites peuvent être à l’origine de l’anorexie,de l’anémie, de l’arrêt de la croissance, d’une diminution du développement intellectuel, ainsi que d’une sensibilité accrue à la maladie en raison de l’affaiblissement du système immunitaire.

Complémentaires aux services de santé de routine, les SSE permettent d’assurer les services de médecine préventive à autant d’enfants âgés de moins cinq ans et de femmes en âge de procréer que possible. Au cours de la deuxième semaine de novembre 2010, malgré l’agitation politique croissante qui a précédé les élections générales, Haïti a lancé une vaste campagne SSE dans six des dix départements du pays; l’objectif consistait à rejoindre plus d’un million de nourrissons et de distribuer les fournitures qui aideraient à contenir la poussée de choléra. Afin de permettre au pays de faire face à ce problème le mieux possible, le MSPP a également revu le calendrier de la campagne dans chaque région du pays.

En plus de capsules de vitamine A, de comprimés vermifuges et de vaccins, les parents ont reçu du zinc et des sels de réhydratation orale à donner à leurs enfants pour traiter les épisodes de diarrhée, lesquels sont particulièrement importants en ce moment en Haïti. En effet, en raison de la poussée épidémique de choléra, les enfants souffrent de diarrhée, une affection pouvant entraîner la mort par déshydratation. Les sels de réhydratation orale et le zinc peuvent réduire la durée et la gravité de la diarrhée, et ainsi sauver des vies.

Le MSPP a dirigé la SSE, qui était la première campagne nationale en cinq ans en Haïti, en se servant de ses propres systèmes de planification, de suivi ainsi que d’approvisionnement, et en coordonnant les efforts des nombreux organismes donateurs participants. Les SSE ont été rendues possibles grâce à une subvention de 5,5 millions de dollars versée par la BID; l’IM.a joué un rôle influent à l’obtention de ces fonds.

Le personnel du siège de l’IM, à Ottawa, a travaillé avec le MSPP et la BID afin de mettre en œuvre le projet des SSE en Haïti. Son appui manifeste à la création d’un poste de coordination des SSE et son soutien pour que cette personne travaille au sein du MSPP d’Haïti ont servi de catalyseur. L’IM a ainsi pu recueillir des fonds et obtenir un engagement aussi important de la part de la BID pour le programme de micronutriments et le renforcement du système de santé en Haïti.

Grâce au soutien de l’IM, une coordonnatrice des SSE travaille au ministère en tant que membre du personnel à temps plein. Elle a considérablement amélioré la durabilité et la planification à long terme des SSE en Haïti : elle a permis que les campagnes aient toujours lieu deux fois par an au cours des trois prochaines années au moins, ce qui améliorera encore davantage la santé des enfants et diminuera la mortalité. Le ministère a également formé un groupe de travail sur les SSE en réunissant des entités comme celles de la nutrition, de la santé de la famille, l’immunisation, le suivi et les communications, et ce, afin de coordonner les différents aspects des SSE.

L’IM est fière d’appuyer l’initiative des Semaines de la santé des enfants du gouvernement haïtien et remercie les donateurs internationaux comme la BID et l’ACDI de leur contribution à cet important programme qui permet de sauver la vie.