IM et BSCIC : renforcement du secteur de l’industrie du sel au Bangladesh

bangladesh-bscic-storyLa Bangladesh Small and Cottage Industries Corporation (BSCIC) est une société d’État qui travaille à l’amélioration, à la promotion et au soutien des petites entreprises. Lorsque l’iodation du sel a été introduite au début des années 1990, et rendue obligatoire au Bangladesh, et en raison du fait que industrie était en grande partie constituée de petits producteurs et raffineries de sel, il allait de soi de faire de la BSCIC le centre de coordination des efforts d’iodation.

Il était logique d’ajouter l’iode à l’étape de la raffinerie. Par l’entremise de l’UNICEF et de la BSCIC, le Canada a fourni des fonds afin de réaliser des installations d’iodation du sel (IIS) dans des raffineries établies, d’apporter un soutien technique et opérationnel, ainsi que de gérer l’approvisionnement en iodate de potassium et de contrôler l’application. À la fin des années 1990, la couverture des foyers dont la concentration de sel était adéquatement iodée atteignait 55 pour cent. Toutefois, en 2005, le mandat de la BSCIC ne se limitait pas à l’iodation du sel et son personnel avait la responsabilité de soutenir diverses industries. C’est pourquoi la surveillance et le maintien du programme ne répondaient partiellement plus aux besoins, et les degrés d’iodation descendaient. C’est à ce moment-là que l’Initiative pour les micronutriments (IM) a accentué ses efforts de manière proactive, afin de soutenir le programme d’iodation de la BSCIC, en commençant par dresser un inventaire des IIS datant de 15 ans et de leurs besoins en rénovation.

L’IM a également nommé des facilitateurs, afin d’appuyer les agents de la BSCIC sur le terrain dans les principaux centres de raffinage. Ces facilitateurs peuvent consacrer du temps exclusivement à des visites de sites de raffinage, apportant une expertise technique aux propriétaires des raffineries et procédant à un échantillonnage plus fréquent, en vue d’analyser le titrage et obtenir la concentration d’iode adéquate. L’IM appuie également la BSCIC dans ses efforts pour garantir que les IIS sont en bon état de fonctionnement et s’assurer qu’on procède rapidement aux réparations qui sont nécessaires. La BSCIC assure encore l’approvisionnement et la réception de l’iodate de potassium, qui sera vendu aux raffineries de sel. Elle a, par ailleurs, créé un fonds de roulement pouvant servir au maintien de ce processus sans aide extérieure. Les agents de la BSCIC sont également mieux formés pour contrôler l’application et répondre aux besoins des raffineurs. Ce partenariat a déjà commencé à produire des résultats : en 2009, la production de sel iodé s’était améliorée, atteignant 70 pour cent. L’objectif consiste à doter la BSCIC de capacité financière et technique afin qu’elle puisse appliquer elle même le programme, et ce, très bientôt. Ce partenariat constitue un bon exemple de démarches d’appropriation nationale visant à surveiller le déroulement des programmes d’iodation du sel et à les maintenir.