Mentorat Sud-Sud : Intensifier les efforts d’iodation du sel pour améliorer la santé

La délégation ghanéenne et le vice-gouverneur de Kaolack, monsieur Paul John.

La délégation ghanéenne et le vice-gouverneur de Kaolack, monsieur Paul John.

Souvent, un peu de mentorat permet de faire beaucoup de chemin. Depuis trois ans, l’Initiative pour les micronutriments (IM) permet aux transformateurs du sel de partager l’expérience tirée des programmes menés en Afrique, afin d’aider à établir et à maintenir l’iodation du sel dans les pays où les efforts étaient paralysés. Les résultats de ces échanges de savoir s’avèrent très prometteurs.

Au Ghana, au Mozambique et en Éthiopie, les tentatives de mise en place d’une iodation universelle du sel (IUS) durable, parmi les transformateurs du sel, étaient au point mort. Malgré les différents plans et les projets pilotes ainsi que les rencontres et les mesures législatives, l’IUS n’avait pas pris d’expansion. Par contre, au Sénégal, grâce l’appui de la Cellule de Lutte contre la Malnutrition (CLM) et de l’IM, les petits transformateurs du sel étaient parvenus à intégrer les efforts d’iodation à une meilleure manière de travailler ensemble. Ainsi, leurs initiatives ont été reconnues sur le continent comme l’un des programmes d’IUS les mieux réussis et les plus durables. L’industrie du sel présente des similitudes dans ces quatre pays, mais seul le Sénégal a vraiment réussi. En 2009, 2010 et 2011, l’IM a apporté son soutien à Ia CLM et aux transformateurs du sel sénégalais pour accueillir les délégations de représentants de gouvernements et de producteurs de sel du Mozambique, du Ghana et de l’Éthiopie afin de partager les connaissances sur l’iodation du sel.

Au cours de chacune des visites, le personnel de l’IM et celui de la CLM ont présenté le Programme national d’iodation du sel du Sénégal aux délégations, en soulignant le rôle de chaque partenaire impliqué. Ils ont également conseillé les membres des délégations sur la manière de mettre sur pied, dans leur pays d’origine, des programmes d’iodation du sel efficaces qui seraient ancrés dans les politiques nationales, menés par l’État et parfaitement coordonnés.

Le Dr Abdulaziz Adish, directeur régional adjoint de l’IM, en compagnie d’Ali Sebil-Ali, un propriétaire de mines et producteur de sel dans l’Afar, durant la visite instructive au Sénégal d’une délégation de l’Éthiopie.

Le Dr Abdulaziz Adish, directeur régional adjoint de l’IM, en compagnie d’Ali Sebil-Ali, un propriétaire de mines et producteur de sel dans l’Afar, durant la visite instructive au Sénégal d’une délégation de l’Éthiopie.

Les raisons d’une telle réussite d’iodation du sel au Sénégal réside dans le fait que les petits producteurs travaillent ensemble en coopérative, qu’ils s’appuient mutuellement et que le gouvernement apporte son soutien par une coordination et un mécanisme d’application efficaces. Les délégués ont rencontré des membres de la fédération des Groupements d’intérêt économique (GIE), afin de parler des systèmes qui permettent aux producteurs de continuer à se procurer l’iodate de potassium utilisé dans l’iodation du sel. Ils ont également visité des sites de production de sel dans la région de Kaolack et des mines de sel dans celle de Fatick, où ils ont observé le travail des coopératives de petits producteurs et les mécanismes de suivi de production.

Les délégués ont tiré de précieux enseignements sur le caractère essentiel de la coordination entre partenaires de l’IUS et sur l’importance du contrôle de la qualité du sel, importé et exporté, pour s’assurer qu’il a été adéquatement iodé. Et surtout, ils comprennent à présent l’importance de l’iodation du sel pour la santé, en particulier pour les mères et les jeunes enfants.

Membre de la délégation éthiopienne, Son Excellence H. E. Hassen Abdulkadir, ambassadeur de l’Éthiopie au Sénégal, lui-même originaire d’une région productrice de sel en Éthiopie, connaissait l’importance économique de l’industrie du sel pour sa région. Toutefois, il ignorait à quel point l’iodation s’avérait essentielle à la santé de la population de son pays. Il n’existe aucun moyen de réparer les lésions causées par une carence en iode. « Je ne savais pas à quel point l’iode était important pour le développement du cerveau et pour la réussite scolaire des enfants. Cependant, j’ai été rapidement convaincu que nous devions intensifier nos efforts d’iodation du sel que nous produisons », a-t-il expliqué.

Depuis ces visites, l’IM et les partenaires de l’iodation du sel en Éthiopie continuent de travailler ensemble afin de mettre en place l’iodation au lac Afdera et s’assurer que le sel produit là-bas est adéquatement iodé. Le gouvernement éthiopien a rendu publique sa nouvelle législation sur l’iodation obligatoire du sel en mars 2011. Par ailleurs, le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce du Mozambique, Kenneth Viagem Marizane, a demandé à l’IM de collaborer à l’élaboration d’un plan national d’action d’IUS afin de le présenter au conseil des ministres de son pays. Le personnel de l’IM travaille également avec la délégation et les partenaires locaux d’iodation du sel du Ghana, à l’élaboration d’un plan dont l’objectif consiste à développer un programme d’IUS au Ghana.

Articles connexes :