Relance des activités d’enrichissement de la farine dans la Région de la Méditerranée orientale

emro-storyL’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Flour Fortification Initiative (FFI – l’lnitiative d’enrichissement de la farine) se sont jointes au Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale (EMRO) pour participer à un atelier de l’uniformité de l’enrichissement du blé et de la farine à Amman en Jordanie en février 2012. Le docteur Noor Khan, conseiller technique principal de l’Initiative pour les micronutriments (IM), y a assisté en compagnie de 59 participants provenant de 19 des 22 pays de la Région de la Méditerranée orientale. Cette rencontre a fourni aux participants une excellente occasion de mesurer les progrès réalisés dans la région depuis la dernière rencontre, dix ans auparavant. Elle a aussi permis d’identifier les défis et de determiner la meilleure manière de mettre en œuvre les nouvelles recommandations de l’OMS concernant l’enrichissement de la farine.

L’anémie ferriprive et la carence en folate constituent d’importantes menaces pour la santé publique dans l’ensemble des 22 pays de la Région de la Méditerranée orientale. On estime à 136 millions le nombre d’enfants et d’adultes souffrant chaque année d’anémie ferriprive et de carence en fer dans la région, ce qui entraîne une perte de productivité de près de 2,2 milliards de dollars chaque année. On pourrait éviter jusqu’à 92 000 décès par an, grâce à un apport supplémentaire significatif d’acide folique. Enrichir de la farine en fer et en acide folique est rentable et permet d’aider à atténuer les carences et à améliorer grandement la santé ainsi que la productivité.

En 1998, l’IM a entamé une collaboration avec l’EMRO afin d’accélérer le développement de programmes d’enrichissement de la farine dans la région, en créant un « Fonds IM » de 3,5 millions de dollars. Ce fonds administré par l’OMS a permis de soutenir la promotion dans la région, d’accorder des subventions, de fournir de l’aide technique, de donner accès à des consultations techniques régionales destinées aux programmes nationaux et de favoriser le développement d’outils de programmes et les communications sur l’enrichissement à l’échelle régionale.

Une première rencontre de l’OMS et de l’EMRO sur l’enrichissement de la farine a eu lieu en 1998 à Beyrouth, au Liban. Une deuxième, axée sur l’enrichissement de l’huile en vitamine A, s’est tenue en 2002 à Mascate, au Sultanat d’Oman. De 1999 à 2001, l’IM a soutenu les gouvernements des pays les plus pauvres de la région, comme l’Égypte, le Yémen, l’Afghanistan, le Pakistan et le Soudan, dans leurs programmes d’enrichissement de la farine et a maintenu son soutien à d’autres efforts de l’OMS et de l’EMRO dans ce domaine.

Les participants à la rencontre de 2012 ont révisé les directives régionales déjà existantes concernant l’enrichissement de la farine. Ils ont envisagé des stratégies d’harmonisation des programmes en suivant les recommandations de l’OMS puis ont informé les décideurs gouvernementaux et les meuniers des nouvelles recommandations et de leurs implications. Ils ont également décrit les étapes de l’adaptation nationale et l’ajustement des recommandations nationales de l’OMS aux programmes d’enrichissement de leurs pays. Enfin, ils ont recensé les approches nationales et régionales afin d’améliorer les programmes.

Le Dr Ayoub Al Jawaldeh, conseiller régional pour la nutrition de l’EMRO, a déclaré : « Même si, en 2002, l’IM ne prenait plus une part active dans le financement de l’EMRO, son soutien initial s’est avéré essentiel pour stimuler et même lancer les activités et les programmes d’enrichissement de la farine dans la région – dont certains n’auraient jamais été mis en place autrement. Avant que l’IM n’appuie cette initiative, de nombreux représentants des gouvernements des pays de la région ne s’y connaissaient pas en enrichissement de la farine ou n’étaient pas informés de son inestimable potentiel pour atténuer les carences en fer ainsi qu’en folate et à grandement améliorer la santé. L’IM a travaillé avec l’OMS et le bureau régional de l’UNICEF et a soutenu les États membres de l’EMRO dans l’introduction du concept d’enrichissement de la farine dans la région. »

Près de dix ans plus tard, il est important que plus de 15 pays de la Région de la Méditerranée orientale aient maintenant des programmes de longue durée en enrichissement de la farine et que des millions de personnes aient un accès permanent à de la farine enrichie. Les études d’impact réalisées dans un sous-ensemble de pays de la région ont démontré les effets positifs sur le bilan des micronutriments, confirmant que le soutien de l’IM n’avait pas seulement joué un rôle de catalyseur, mais qu’il a également assuré une efficacité à long terme.