La prise en charge de la diarrhée : Utilisation de sels de réhydratation orale (SRO) combinée à une supplémentation en zinc

Ndeye Diouf examine Khady, âgée de deux ans, souffrant de diarrhée

Ndeye Diouf examine Khady, âgée de deux ans, souffrant de diarrhée

Khinine est un petit village de 1 006 habitants de la région de Thies situé à 70 km de Dakar. La localité est essentiellement peuplée de Sérères, une ethnie du centre du Sénégal, dont l’agriculture constitue la principale activité.

En cette matinée ensoleillée du mois de mai, les premiers patients arrivent au centre de santé. Ils sont accueillis par Ndeye Diouf. Cette jeune femme est une agente de santé communautaire dont le rôle consiste à administrer le centre de santé et à fournir les soins de santé primaire.

Arborant un large sourire, cette femme fait en sorte que ses visiteurs soient à l’aise et se rapprochent d’elle. Elle travaille à Khinine, son village natal, depuis 2009, après avoir reçu sa formation d’agent de santé communautaire. Ndèye Diouf accueille les patients et les guide dans le processus de consultation.

Khady, une fillette âgée de deux ans, fait partie des patients du jour. Amenée par sa jeune mère, elle souffre de diarrhée.

La mère explique que tout a commencé la nuit précédente. « J’ai été réveillée par les pleurs de mon enfant qui se tordait de douleur. Elle demandait son pot pour faire ses besoins. J’ai dû me lever trois fois dans la nuit. La diarrhée était liquide. J’avais hâte que le jour se lève pour l’amener au centre de santé. »

Ndèye Diouf pèse l’enfant, puis sort le traitement approprié d’une armoire placée au fond de la salle : des comprimés de zinc et des sachets de sels de réhydratation orale (SRO). En utilisant des mots simples dans la langue locale, elle explique à la mère de l’enfant comment administrer le traitement.

Ndeye Diouf, prodiguant à la mère de Khady des conseils sur le traitement de la diarrhée par la prise de zinc et de SRO.

Ndeye Diouf, prodiguant à la mère de Khady des conseils sur le traitement de la diarrhée par la prise de zinc et de SRO.

Ndèye Diouf rappelle ensuite les mesures de prévention de la diarrhée en insistant sur la nécessité de bien chauffer les restes de repas avant de les servir aux enfants et aussi de leur faire laver les mains avant de manger. Elle recommande à la mère de continuer à alimenter l’enfant et à lui donner à boire régulièrement.

Au Sénégal, la diarrhée fait partie des cinq maladies les plus courantes qui affectent la population. Elle peut être attribuable à plusieurs causes interreliées. Le quart des enfants sénégalais âgés de moins de cinq ans souffrent de diarrhée, et plus d’un dixième meurent avant l’âge de cinq ans.

Au cours des deux dernières années, le ministère sénégalais de la Santé a amorcé plusieurs changements dans la politique de traitement de la diarrhée afin d’adopter les nouvelles directives de l’Organisation mondiale de la Santé, dont l’utilisation de la supplémentation en zinc et d’une formule améliorée de thérapie de réhydratation orale. Le ministère a mis en place un comité national d’orientation pour le zinc au sein duquel l’Initiative pour les micronutriments (IM) joue un rôle majeur en matière de soutien et de conseils.

Le centre de santé où travaille Ndèye Diouf faisait partie d’un projet pilote soutenu par MI en 2010. L’objectif du projet consistait non seulement à accroître l’utilisation du zinc et des SRO pour traiter la diarrhée, mais aussi à augmenter le nombre de personnes qui consultaient pour leur enfant. Le succès de ce projet pilote a permis d’étendre le programme national lancé en mai 2012 et soutenu par l’Alliance zinc pour la santé de l’enfant (ZACH) , un partenariat public, privé et de la société civile entre la société minière canadienne Teck, l’Agence canadienne de développement international et l’Initiative pour les micronutriments. Au Sénégal, ce programme est dirigé par le gouvernement par l’entremise de la Direction de l’Alimentation, de la Nutrition et de la Survie de l’Enfant (DANSE) et s’inscrit dans ses efforts de réduction de la mortalité chez les enfants.

L’Alliance zinc pour la santé de l’enfant (ZACH) est un partenariat unique créé pour développer et soutenir des programmes de traitement de la diarrhée à l’aide de suppléments de zinc combinés aux sels de réhydratation orale.

Le projet national à grande échelle au Sénégal servira de base dans le déploiement des efforts de supplémentation en zinc dans le monde entier. Il permettra également de faire valoir les résultats de partenariats privé, public et de la société civile.