Des élèves de Stittsville découvrent l’effet d’une goutte d’iode

Chris Dendys, directrice des relations extérieures à l’IM, en compagnie de quelques élèves de la classe de 5e / 6e années de M. Kealey, à l’école catholique Holy Spirit de Stittsville, Ontario (Canada).

Chris Dendys, directrice des relations extérieures à l’IM, en compagnie de quelques élèves de la classe de 5e / 6e années de M. Kealey, à l’école catholique Holy Spirit de Stittsville, Ontario (Canada).

Stittsville, ON – En l’honneur de la Journée mondiale de la santé, le lundi 8 avril 2013, l’Initiative pour les micronutriments (IM) a rendu visite à la classe de 5e / 6e années de M. Kealey à l’école catholique Holy Spirit, pour parler de l’énorme impact d’un petit peu d’iode. Dans les ateliers pratiques organisés par Chris Dendys et Aynsley Morris, de l’équipe des relations extérieures de l’IM, les élèves étaient amenés à jouer le rôle de scientifiques sur le terrain vérifiant le taux d’iode dans le sel. Ils avaient la possibilité de reproduire la manière dont l’iodation du sel se passe sur le terrain et d’analyser le sel pour s’assurer qu’il renfermait de l’iode.

Les élèves ont appris l’importance des micronutriments pour sauver des vies et protéger la santé des enfants partout dans le monde. Pris pour acquis par la plupart des gens, l’iode n’est nécessaire qu’en très petites quantités pour garantir un bon développement cérébral. Sans un apport suffisant, un cerveau en développement peut souffrir de dommages permanents conduisant à des troubles d’apprentissage qui affecteront un enfant tout au long de sa vie. Il y a des dizaines d’années que le sel a été expérimenté comme un excellent véhicule pour la prise d’iode, du fait de son omniprésence dans les régimes alimentaires de par le monde.

Les élèves de la classe de 5e / 6e années de M. Kealey, à l’école catholique Holy Spirit de Stittsville, Ontario (Canada) analysent la teneur en iode du sel.

Les élèves de la classe de 5e / 6e années de M. Kealey, à l’école catholique Holy Spirit de Stittsville, Ontario (Canada) analysent la teneur en iode du sel.

Les élèves ont appris comment, dans les pays comme le Canada, l’enrichissement des aliments aide les enfants à atteindre leur potentiel. Cependant, dans ceux où les micronutriments tels que l’iode manquent naturellement dans les aliments, les enfants sont exposés à des conséquences durables, comme un arrêt de croissance prématuré et la maladie des avortons. Mesdames Dendys et Morris ont expliqué comment l’IM, avec l’appui de l’Agence canadienne de développement international, est en mesure de travailler avec les récoltants de sel pour garantir que leur sel est suffisamment iodé à l’aide d’iode de potassium – une intervention qui aide le cerveau des enfants à se développer, pour quelques cents par an et par enfant.

Fondamentalement, la finalité de l’atelier allait au-delà de l’iode simplement et touchait à l’importance de la nutrition chez les enfants en croissance. Établissant des liens avec l’expérience même de la classe, à savoir les leçons des parents sur l’importance d’une nutrition adéquate, les élèves ont pu voir un lien direct entre un geste simple comme l’iodation du sel et son impact sur la vie des enfants.

« Une nutrition adéquate peut faire une énorme différence dans la vie des enfants en Afrique, en Asie et ici au Canada » a dit Chris Dendys. « Les micronutriments comme l’iode sont souvent la première étape. Les enfants qui en reçoivent suffisamment sont plus éveillés, réussissent mieux à l’école et mènent ensuite une vie meilleure. »

Voir d’autres photos de l’événement ici.