« Vous voulez un enfant en santé et intelligent? Consommez du sel iodé! »

Sacs de « sel malin » iodé

Sacs de « sel malin » iodé

Le sel est une substance incroyablement polyvalente. Il vient de la mer et parfois des profondeurs de la terre. Tout au long de l’Histoire, les routes du sel ont sillonné la planète et il a même servi de monnaie d’échange. Le sel a été, et est encore, très apprécié pour l’assaisonnement et la conservation des aliments, de même que pour ses propriétés antiseptiques bénéfiques pour la santé. Et en plus, dans beaucoup d’endroits du monde, le sel peut rendre plus intelligent.

En fait, ce n’est pas le sel qui rend plus intelligent, mais ce qu’on y ajoute : l’iode minéral. L’ajout d’iode au sel protège des populations entières des lésions du cerveau dues à la carence en iode, aidant ainsi les populations et les pays à atteindre leur plein potentiel. Denrée de consommation courante dans le monde entier, le sel est un moyen idéal de véhiculer l’iode. Bien que plus de 70 pour cent de la population mondiale consomme désormais du sel iodé, on constate toutefois des lacunes et beaucoup sont décelées dans les régions les plus pauvres du monde, dont la région de Bima, située sur une île de l’Indonésie.

Des générations de familles de Bima ont été impliquées dans le traitement du sel, la région produisant également du sel destiné aux îles voisines. Par contre, ce sel étant souvent de mauvaise qualité et presque jamais iodé, les troubles dus à une carence en iode faisaient des ravages dans la région.

Panneau d’affichage de rue présentant le régent de Bima, H. Ferry Zulkarnain, et son épouse, disant : « Vous voulez un enfant en santé et intelligent? Au lieu de consommer du "sel idiot", il suffit de consommer du sel iodé! »

Panneau d’affichage de rue présentant le régent de Bima, H. Ferry Zulkarnain, et son épouse, disant : « Vous voulez un enfant en santé et intelligent? Au lieu de consommer du “sel idiot”, il suffit de consommer du sel iodé! »

En 2008, le bureau de l’industrie et du commerce du district de Bima et l’Initiative pour les micronutriments (IM) ont mis en œuvre un projet pilote visant à mettre au point une technologie permettant d’ioder tout le sel brut à Bima. Ils ont fourni aux petits producteurs de sel des unités d’iodation adéquate ainsi que l’équipement d’iodation, et subventionné l’approvisionnement en iodate de potassium (KIO3) nécessaire au processus d’iodation. Bien que ces mesures aient fait baisser le taux de carence en iode à Bima, il y avait encore beaucoup de sel non ou inadéquatement iodé sur le marché. Il était donc évident qu’il restait un travail considérable à accomplir.

Afin d’encourager les Indonésiens à choisir le sel iodé, plutôt que non iodé, nous nous sommes réunis en vue d’en faire un produit de consommation que les familles voudraient acheter. Rozy Afrail Jafar, agent du programme national des troubles dus à une carence en iode de l’IM en Indonésie, ses collègues de l’IM et ses partenaires de l’UNICEF ont entrepris une nouvelle campagne de marketing social, donnant au sel iodé l’image de marque d’un « sel intelligent », puisque l’iode stimule le développement du cerveau. Le message s’accompagnait d’information sur le « sel stupide » non iodé et le « faux sel » inadéquatement iodé et mal étiqueté.

Leur création d’une image de marque a connu un succès rapide. Une campagne radiophonique dans la langue locale de l’île a encouragé la population de Bima à consommer du « sel intelligent » et non le « sel stupide », qui coûte le même prix. Les autorités locales concernées ont, elles aussi, adopté l’expression « sel stupide ». Par exemple, dans les rues, sur de grandes bannières représentant le Régent du gouvernement régional de Bima, H. Ferry Zulkarnain, et de sa femme, on pouvait lire : « Vous voulez un enfant en santé et intelligent? Au lieu de consommer du sel stupide, consommez du sel iodé! »
Les activités entourant le « sel intelligent » appuyées par l’IM, en concertation avec le bureau de l’industrie et du commerce du district de Bima, se sont avérées d’une grande efficacité. Réalisant l’importance de l’apport du sel iodé, les petits producteurs de sel ont été plus nombreux à entreprendre le processus d’iodation, ce qui a entraîné une augmentation de la production de sel iodé d’environ 6 000 tonnes métriques qu’il était en 2008, à 25 000 en 2011. Les familles et les parents ont bientôt commencé à en acheter en plus grande quantité.

À ce jour, le programme d’iodation universelle du sel de l’IM et de l’UNICEF à Bima a permis de prévenir les troubles dus à la carence en iode chez 8,5 millions de personnes, non seulement dans le district de Bima et la province de Nusa Tenggara Barat, mais aussi dans d’autres provinces voisines, soit Bali, Nusa Tenggara Timur et Maluku.

L’IM et ses partenaires ont facilement pu faire connaître la valeur réelle du sel iodé : sa capacité à prévenir les lésions évitables du cerveau et à améliorer le QI. En insistant sur ses avantages indéniables pour la santé des enfants, Rozy et ses partenaires ont réussi à faire valoir ce sel auprès des parents et à les sensibiliser aux bienfaits du sel iodé pour la santé. Les parents voulant ce qu’il y a de mieux pour la santé de leurs enfants, le choix du sel est soudainement devenu évident et très simple.