Signature d’un accord entre le ministre du Commerce du Sénégal et le président de l’IM en vue de s’attaquer aux troubles dus à la carence en iode en Afrique de l’Ouest

DAKAR, SÉNÉGAL – L’Initiative pour les micronutriments a confirmé son engagement à remédier aux troubles dus à la carence en iode en Afrique de l’Ouest, en signant  un nouvel accord avec le ministère sénégalais du Commerce. Cet accord  vise à renforcer la capacité d’exportation du Sénégal et à augmenter la proportion de la population ayant accès à du sel suffisamment iodé, dans le  pays et dans la région.

Ceci ne représente pas uniquement  un grand pas vers un accroissement du développement économique et du revenu commercial du Sénégal, c’est aussi un problème vital pour le développement lié à la santé et la nutrition de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, et à la nutrition en particulier.

La carence en iode est la principale cause de déficience mentale évitable. Elle diminue les facultés intellectuelles, sape les investissements en éducation et perpétue les cycles de pauvreté. Chaque année, jusqu’à 18 millions de bébés naissent atteints de déficience mentale à cause de la carence en iode chez la mère.

« C’est une approche gagnant-gagnant dans laquelle les objectifs du développement et ceux du commerce vont de pair. »
Joel Spicer, Président et directeur général de l’Initiative pour les micronutriments

Depuis ces 10 dernières années, l’IM travaille en étroite collaboration avec le programme national d’iodation du sel, conduit par la Cellule de Lutte contre la Malnutrition du Sénégal, en vue d’apporter un soutien technique et logistique aux milliers de petits producteurs de sel de tout le pays en mettant notamment  au point une chaîne d’approvisionnement en iodate de  potassium afin que le sel puisse être suffisamment iodé.

Cet accord va permettre d’appuyer des producteurs de sel comme Marie Diouf, « La Reine du sel iodé » de Fatick. Au sein d’une coopérative soutenue par l’IM, Marie a accru la taille de son entreprise de production de sel, employant plusieurs femmes de la région. L’accord va lui donner accès à un plus grand marché.

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr, a salué le partenariat entre l’IM et son ministère comme une étape importante dans la lutte contre les carences en micronutriments et dans les efforts en vue de parvenir à l’iodation universelle du sel.

« Cette alliance contribuera à garantir que le sel exporté dans toute l’Afrique de l’Ouest est suffisamment iodé pour réduire les troubles dus à la carence en iode, ce qui aidera les enfants à s’épanouir et à se développer pour atteindre leur plein potentiel » déclare Joel Spicer, président de l’Initiative pour les micronutriments. « Dans le même temps, elle soutient l’expansion du marché et le développement économique dans les zones rurales du pays. C’est une approche gagnant-gagnant dans laquelle les objectifs du développement et ceux du commerce vont de pair. »

La signature de cet accord souligne la détermination de l’Etat du Sénégal à améliorer la santé des femmes et des enfants en apportant son appui à la nutrition et à contribuer au développement de l’industrie du sel au Sénégal.

Lors du Sommet de la Francophonie de novembre 2014 qui s’était tenu à Dakar, 57 chefs d’États avaient adopté une résolution soulignant la nécessité d’agir pour améliorer et soutenir la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants dans l’ensemble des pays de  la Francophonie. Cette résolution insistait sur l’importance de renforcer la lutte  contre la malnutrition et engageait des ressources nationales afin d’améliorer la nutrition au niveau interne. L’entente en question illustre parfaitement la concrétisation des engagements pris dans cette résolution.