Une reconversion qui ouvre la voie à des accouchements sans risques

Irene Omurunga partageant les expériences liées à son recyclage en accompagnante à la naissance, grâce au projet communautaire de l’IM en santé et nutrition de la mère et du nouveau-né.

Irene Omurunga partageant les expériences liées à son recyclage en accompagnante à la naissance, grâce au projet communautaire de l’IM en santé et nutrition de la mère et du nouveau-né.

Irene Omurunga était réticente à abandonner son rôle d’accoucheuse traditionnelle à Mumias Ouest, dans le comté de Kakamega, Kenya.

« J’étais une accoucheuse réputée, connue dans tout le village, explique-t-elle. J’étais une accoucheuse traditionnelle convaincue qui ne pouvait pas changer. »

Toutefois, un changement est en cours dans le comté de Kakamega, avec le projet communautaire en santé et nutrition de la mère et du nouveau-né mené par l’IM. En effet, des femmes comme Irene acquièrent de nouvelles compétences en vue de mieux aider les femmes dans leurs collectivités, en se formant pour devenir des accompagnantes à la naissance – une précieuse composante de l’équipe sanitaire.

Les accoucheuses traditionnelles de la région ont toujours été réputées comme faisant concurrence aux établissements de santé officiels qui fournissent les soins d’accouchement. Cela entraînait des taux élevés d’accouchements pratiqués par du personnel non qualifié, associés à des risques de morbidité et de mortalité des mères et des nouveau-nés.

Le projet « Linda Afya Ya Mama na Mtoto » a pris de l’ampleur et garantit à présent la mise en œuvre de directives en vue du passage des accoucheuses traditionnelles au nouveau rôle d’accompagnantes à la naissance.

Ce dernier nécessite de soutenir leurs clientes pendant la grossesse en les orientant vers les visites de soins prénatals et de les accompagner pour un accouchement dans les établissements de santé, de même que d’apporter un soutien pendant tout le travail et de promouvoir l’allaitement exclusivement au sein dès la naissance. Irene et ses collègues bénéficient d’un ensemble de mesures d’encouragement et ont le sentiment que le personnel de l’établissement de santé respecte leur rôle d’accompagnantes à la naissance.

Le projet « Linda Afya Ya Mama na Mtoto », financé par l’Initiative pour les micronutriments (IM) grâce au gouvernement du Canada, est un effort commun fourni par l’IM, le ministère de la Santé, l’AMREF et PRONTO, permettant de mettre d’importants services de santé et nutrition à portée des femmes qui en ont besoin.

Il est axé sur l’amélioration de la qualité et de l’utilisation des soins prénatals, d’accouchement et postnatals, dans les populations difficiles à rejoindre, et sur l’intégration des interventions essentielles en nutrition – en particulier la supplémentation en fer et en acide folique, le clampage tardif du cordon ombilical  et l’allaitement au sein – aux programmes de santé maternelle, afin de saisir chaque occasion de donner aux enfants un bon départ dans la vie. Les accompagnantes à la naissance sont perçues comme une ressource essentielle et de confiance pour les femmes qui participent au projet.

De juin à décembre 2014, plus de 3000 femmes ont eu une accompagnante à la naissance pour accoucher dans un établissement de santé sous assistance qualifiée, dont 85 suivies par Irene elle-même.

« J’étais une accoucheuse traditionnelle convaincue qui ne pouvait pas changer, mais grâce à ce projet j’ai reçu une formation et je me suis reconvertie » dit-elle.