La vitamine A, une petite héroïne en cette Journée mondiale de la vue

Par Marion Roche, Conseillère technique, Communication en changement des comportements

B_012-lr-1000x666

Aujourd’hui, 8 octobre, c’est la Journée mondiale de la vue.

Alors que je réfléchis à l’appel à l’action de la Journée mondiale de la vue 2015, « Les soins oculaires pour tous », je suis frappée par l’importante contribution déjà apportée par les Canadiens à un aspect essentiel des soins oculaires – la prévention de la cécité.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, 80 % des cas de cécité peuvent être évités ou guéris. Toutefois, dans les pays en développement, les gens n’ont pas souvent accès aux solutions simples que de nombreuses personnes, au Canada et dans d’autres pays à revenu élevé, prennent pour acquises.

Des millions de personnes – notamment les enfants – restent dans le noir parce qu’elles n’ont pas accès aux interventions peu coûteuses mais très efficaces qui pourraient sauver leur vue et leur vie.

La cécité ne fait pas que voler leur qualité de vie présente et future aux enfants, elle leur fait aussi courir un grand danger. L’Organisation mondiale contre la cécité indique que, dans les pays en développement, jusqu’à 60 % des enfants meurent en l’espace d’un an après avoir perdu la vue.

Au cours des 20 dernières années, le Canada a contribué aux efforts mondiaux en vue de remédier à cette injustice et protéger des millions d’enfants de la cécité évitable. On sait depuis de nombreuses années que la supplémentation en vitamine A peut prévenir la cécité chez les enfants présentant une carence en vitamine A. À la fin des années 1980, on a établi un lien entre les programmes de supplémentation qui réduisaient les cas de cécité et l’amélioration de la survie de l’enfant. En 1992, le gouvernement canadien a reconnu la possibilité de mettre à l’échelle une solution économique et pratique à ce problème et créé L’Initiative pour les micronutriments pour trouver comment fournir la vitamine A, vitale, à autant d’enfants que possible afin de prévenir la cécité et sauver des vies.

Deux décennies plus tard, grâce à des partenariats avec les gouvernements, le secteur privé et des organisations comme l’UNICEF et Helen Keller International, la supplémentation en vitamine A est l’un des programmes en santé et survie de l’enfant portant le plus de fruits au monde.

La carence en vitamine A découle principalement de la faiblesse des approvisionnements ou des variations saisonnières de l’accès régulier à des aliments riches en vitamine A dans l’alimentation. Nous pourrions protéger les enfants de la carence en améliorant la consommation d’aliments riches en vitamine A qui peuvent prévenir la cécité – mais lorsque ce n’est pas faisable à court terme, nous pouvons faire de la supplémentation, ce qui peut empêcher la carence d’empirer au point de les rendre aveugles.

Les programmes de supplémentation en vitamine A ne remédient pas à la carence en vitamine A, mais donnent au système immunitaire un coup de fouet grandement nécessaire – et peuvent prévenir la cécité nutritionnelle causée par la carence en vitamine A.

Pour dire les choses simplement, les enfants souffrant de carence en vitamine A bénéficient de deux doses de vitamine A par an pour conserver une vision saine et être protégés des maladies infantiles potentiellement mortelles. La manière la plus efficace d’administrer ces doses c’est sous la forme de capsules distribuées par les travailleurs de la santé partout dans le monde.

Deux fois par an, ces travailleurs pressent ces capsules pour en faire couler la vitamine A liquide dans la bouche de millions d’enfants dans 70 pays. Les ministres de la santé travaillent en vue de fournir la vitamine A aussi efficacement que possible, la liant souvent aux campagnes de vaccination contre la polio ou aux Journées de la santé des enfants qui regroupent un  ensemble de services en santé de l’enfant.

Cette manière de protéger la vision des enfants est non seulement simple, elle est aussi économique. La fabrication d’une capsule de vitamine A ne coûte qu’environ deux cents. L’Initiative pour les micronutriments approvisionne près de 500 millions de capsules chaque année, répondant à environ 75 % des besoins mondiaux en  suppléments de vitamine A fortement dosés.

Le retour sur investissement est colossal. On estime que chaque dollar dépensé en rapporte environ 17, par la réduction des dépenses de santé et l’accroissement de la productivité.

Il nous reste encore beaucoup de travail. Mais aujourd’hui, Journée mondiale de la vue, c’est l’occasion de nous inspirer des progrès réalisés, pour poursuivre en vue de l’objectif de mettre un terme à la cécité évitable – pour tous les enfants, et partout.

Article initialement publié sur The Huffington Post sous le titre « Let’s recognize the impact of vitamin A on World Sight Day », le 07/10/15.