Une meilleure nutrition pour permettre à tous les enfants de survivre et s’épanouir

Entretien avec Greg Reinhart, M.S., Ph.D., vice-président Recherche et Nutrition, The Mathile Institute

greg-mathile-chis-luz-allison-chris-low-res

De gauche à droite : Chris Lannon (MI), Luz Maria De-Regil (MI), Greg Reinhart (The Mathile Institute), Allison Verney (MI), Chris Dendys (MI)

The Mathile Institute for the Advancement of Human Nutrition se consacre à améliorer la nutrition des enfants dans le monde. L’Initiative pour les micronutriments et le Mathile Institute collaborent en recherche sur la nutrition, pour constituer la base mondiale de données probantes et appuyer les directives et politiques afin de s’attaquer aux problèmes de malnutrition partout dans le monde. Nous avons rencontré Greg Reinhart récemment pour un bref entretien sur l’importance de la recherche en nutrition pour améliorer les conditions de vie des plus jeunes.

Selon vous, quelles sont les plus grandes chances de soulager la malnutrition pour les pays à faible revenu?

Greg Reinhart (GR) : Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir une couverture nutritionnelle totale à toutes les femmes enceintes et tous les jeunes enfants. Tout enfant doit recevoir une nutrition appropriée en particulier dans le créneau vital des 1000 jours. C’est un mandat moral planétaire.

Tout enfant doit recevoir une nutrition appropriée = un mandat moral planétaire. @MathileInst Greg Reinhart Cliquez pour tweeter

Pourquoi la recherche de qualité est-elle importante pour renseigner les politiques et la programmation?

GR : Il n’y a jamais assez de ressources ou d’argent pour tous les programmes nécessaires pour nourrir convenablement chaque enfant et chaque adulte sur notre planète. Il faut allouer les rares fonds et ressources disponibles aux régions présentant un avantage connu – et les données et une démarche scientifique rigoureuse sont essentielles car elles aident à motiver les changements de politique et à assurer la durabilité des programmes. Le suivi et l’évaluation sont vitaux pour juger de notre collaboration avec les collectivités et de nos interactions avec les bénéficiaires. Sans évaluation précise, il est difficile de savoir si nous faisons au mieux avec nos ressources limitées. Le suivi et l’évaluation aident les responsables des politiques à concevoir des programmes plus efficaces et fournissent aux gens travaillant sur le terrain des outils supplémentaires, pour les aider à obtenir les résultats souhaités.

L’IM et le Mathile Institute sont des partenaires de longue date. Quels faits saillants de ce partenariat sont parmi vos préférés?

GR : Deux projets viennent à l’esprit  comme étant des catalyseurs, avec des résultats qui aideront à cerner les lacunes dans les connaissances et à les combler. Ces projets favoriseront une modification des programmes qui permettra d’améliorer la nutrition des jeunes enfants et, dans certains cas, celle des femmes en âge de procréer.

Par exemple, l’étude sur les cueilleuses de thé qui a été réalisée au Bengale-Occidental, en Inde. Dans le cadre de cette étude de 10 mois, plus de 200 cueilleuses de thé âgées de 19 à 55 ans ont reçu du sel doublement enrichi (SDE), en fer et en iode. Comme on s’y attendait, cette étude a montré que le SDE améliore le bilan en fer, mais c’était une bonne chose de le constater en milieu communautaire. Les données ont également montré une cognition et une perception accrues, ce qui a été une  surprise parce que la perte de capacités intellectuelles n’est pas nécessairement réversible. Finalement, il y avait des résultats prometteurs qui semblaient indiquer que les femmes ayant reçu une supplémentation étaient plus efficaces au travail. Dans cette étude, l’IM a joué un rôle déterminant dans la sélection du personnel de terrain et a établi des partenariats essentiels dans toute l’Inde, ainsi qu’avec les ONG locaux.

L’autre étude vraiment intéressante selon moi c’est le projet Grow Smart, qui a été réalisé à Hyderabad, en Inde. Cette étude portait sur la supplémentation en poudre de multinutriments (PMN) des nourrissons et des bambins et ses résultats sont carrément enthousiasmants. Comme dans l’étude sur les cueilleuses de thé, les données tirées du projet ont montré l’impact des PMN sur les capacités intellectuelles, en particulier chez les enfants ayant débuté avec un indice de développement faible. Les micronutriments semblent vraiment leur donner la meilleure chance d’optimiser leurs occasions d’apprentissage et de réussir à augmenter leurs capacités intellectuelles. Il y a des avantages à long terme possibles pour ces enfants, notamment de meilleures performances scolaires, moins de maladies chroniques et de meilleurs revenus à l’âge adulte.

Les données & une démarche scientifique rigoureuse motivent les changements de politique & assurent la durabilité des programmes. @MathileInst Greg Reinhart Cliquez pour tweeter

La communauté de la nutrition mondiale connaît les solutions permettant d’améliorer la nutrition et la santé des personnes les plus vulnérables au monde, mais leur mise en œuvre et leur mise à l’échelle demeurent un défi. Qu’est-ce qui, selon vous, constitue encore un obstacle à l’application concrète de nos connaissances sur le terrain?

GR : Voilà une bonne question, à laquelle il est difficile de répondre. C’est difficile de passer de la compréhension à la pratique. La plupart des gens veulent faire ce qui est le mieux pour eux-mêmes, leur famille et leur pays. Beaucoup des meilleurs programmes sont administrés par les gouvernements et ces derniers peuvent être partie prenante à la solution. Cependant, dans certains cas, les gouvernements peuvent faire partie du problème, en raison des obstacles dus à la bureaucratie ou au manque de ressources. L’autre difficulté c’est de transformer les habitudes et les pratiques des personnes. Partout dans le monde, les gens préfèrent ce qui leur est familier, et il est vraiment très difficile de surmonter cela. À très petite échelle, nous devons gagner la confiance des gens de l’endroit, trouver un leader visionnaire ou un pionnier, puis en faire un modèle pour la collectivité. À très grande échelle, il s’agit de repérer les dirigeants politiques courageux capables de trouver un moyen et qui auront la volonté de voir les choses aboutir. C’est facile à dire, mais c’est vraiment difficile à faire dans la pratique.