Nutrition International lance « Bon départ » en vue d’améliorer la nutrition des femmes, des adolescentes et des enfants en Tanzanie

Bon départ a été officiellement lancé en Tanzanie le 17 juin, 2017, enla présence de l’honorable Ummy Mwalimu, ministre tanzanienne de la Santé, du Développement communautaire, de l’Égalité des sexes, des Aînés et des Enfants, et de Joel Spicer, président et directeur général de Nutrition International.

Dodoma, Tanzanie, le 21 juin 2017  ̶  Nutrition International a lancé l’Initiative pour un bon départ en Tanzanie dans le but d’améliorer la nutrition et la santé des femmes, des adolescentes, des nouveau-nés et des jeunes enfants de ce pays, par un investissement de 2,8 M $ CAN (4,7 B TZS) sur cinq ans, jusqu’en 2020.

Appuyé par le gouvernement canadien, le programme vise à réduire la prévalence de l’anémie, de la mortalité néonatale, ainsi que le nombre de nouveau-nés en insuffisance pondérale à la naissance. Il vise également à réduire les cas d’arrêt de croissance prématuré chez les moins de cinq ans.

Ce projet étalé sur cinq ans ciblera les régions de Mwanza et Simiyu. Grâce à lui, plus de 130 000 femmes enceintes bénéficieront de la supplémentation en fer et acide folique recommandée par l’OMS; plus de 90 000 nouveau-nés, d’un programme d’interventions à la naissance; 94 000 adolescentes, d’une supplémentation hebdomadaire en fer et acide folique et d’éducation nutritionnelle; et plus de 366 000 enfants de moins de deux ans, de services de nutrition.

Il s’agira du plus important programme mis en œuvre par Nutrition International en Tanzanie depuis l’ouverture du bureau national de l’organisme, à Dar es Salaam, en septembre 2016.

« Nous sommes impatients de collaborer avec les gouvernements et les partenaires pour soutenir les efforts de la Tanzanie en vue d’améliorer la nutrition, en particulier celle des femmes et des filles » a déclaré Joel Spicer, président et directeur général de Nutrition International. « Nous pensons qu’investir dans la nutrition c’est investir dans l’avenir. Les adolescentes bien nourries sont plus à même de s’instruire. Les femmes bien nourries ont des grossesses plus sûres, des enfants en meilleure santé et elles sont des membres de la population active plus productifs. Les nourrissons et les jeunes enfants bien nourris sont mieux en mesure de combattre la maladie et ont de meilleures chances de devenir des membres utiles à leur société. »

« Cette initiative est tout à fait appropriée pour contribuer à notre programme de développement national en cours. Aussi je voudrais exprimer mon soutien et mes remerciements à Nutrition International et au gouvernement du Canada pour avoir apporté l’Initiative pour un bon départ en Tanzanie, l’un des quelques pays choisis en Afrique » a dit l’honorable Ummy Mwalimu, ministre tanzanienne de la Santé, du Développement communautaire, de l’Égalité des sexes, des Aînés et des Enfants. « Ce sera sans aucun doute une importante contribution aux efforts de notre pays pour combattre la malnutrition, et aussi pour bâtir une population active forte qui appuiera notre programme national d’industrialisation. »

La Tanzanie fait certains progrès vers l’atteinte des cibles fixées par l’Assemblée mondiale de la Santé pour l’arrêt de croissance prématuré et la maladie des avortons. Toutefois, elle est loin d’atteindre les cibles fixées pour l’anémie dont souffrent 45 % des femmes en âge de procréer et 57 % des femmes enceintes. Les indicateurs de nutrition des mères, des nourrissons et des jeunes enfants doivent également être améliorés : seulement 59 % des enfants de moins de 6 mois sont allaités exclusivement au sein et 34 % des moins de cinq ans souffrent d’arrêt de croissance prématuré. Cela peut avoir des effets à long terme sur leur bien-être physique, leur développement intellectuel et leurs performances professionnelles ou scolaires, ainsi que sur leur productivité économique à l’âge adulte.

Voici les principales interventions du programme « Bon départ » en Tanzanie :

  • Fournir une supplémentation hebdomadaire en fer et acide folique et une éducation nutritionnelle aux adolescentes, dans les écoles, les établissements de santé privés et la collectivité, en vue de réduire l’anémie;
  • Réaliser des interventions à fort impact en nutrition fondées sur des données probantes, ciblant les femmes enceintes et les nouveau-nés ;
  • Renforcer la capacité des travailleurs de la santé et des agents de santé communautaire à fournir des soins prénatals, pernatals et postnatals de qualité, permettant ainsi d’améliorer la survie et la santé des femmes enceintes et des nouveau-nés;
  • Améliorer la nutrition des enfants de moins de deux ans en élaborant des politiques et des stratégies destinées à renforcer et étendre la prestation des programmes d’interventions, incluant l’allaitement maternel optimal, une alimentation complémentaire suffisante, des conseils et une supplémentation alimentaire à l’aide des poudres de multinutriments pour les nourrissons et les jeunes enfants.

« La Tanzanie progresse vers l’élimination de la malnutrition, mais il reste beaucoup de travail à faire, en particulier pour les femmes et les adolescentes, et nous sommes fiers de contribuer à ces efforts en apportant notre soutien à l’Initiative pour un bon départ de Nutrition International » a déclaré Son Excellence Ian Myles, haut-commissaire du Canada en Tanzanie. « Cette initiative cadre parfaitement avec la nouvelle politique d’aide internationale féministe du Canada, lancée récemment, qui reconnaît que l’émancipation des femmes et des filles est essentielle pour atteindre les Objectifs de développement durable et qu’il est vital de leur donner ainsi qu’à leurs enfants une meilleure nutrition pour qu’ils puissent s’instruire, avoir un revenu et réaliser pleinement leur potentiel. »

« Je suis particulièrement fier de notre travail pour améliorer la nutrition des adolescentes, car selon moi l’adolescence est un créneau essentiel pour les interventions en santé et nutrition » a dit le Dr Daniel R. Nyagawa, directeur de Nutrition International Tanzanie. « Le fait d’améliorer l’état nutritionnel des adolescentes garantira leur capacité de réaliser pleinement leur potentiel et, si elles deviennent mères un jour, leur santé et celle de leurs bébés ne seront pas compromises. »

Des représentants des hauts fonctionnaires fédéraux et régionaux, des partenaires, des agences de l’ONU, des institutions universitaires et de recherche ont assisté à ce lancement.

Les principaux partenaires de mise en œuvre de Bon départ en Tanzanie sont l’AMREF et le Tanzania Food and Nutrition Centre.

L’Initiative pour un bon départ est une initiative à volets multiples qui vise à faire bénéficier plus de 100 millions de femmes et de filles d’une meilleure nutrition dans neuf pays d’Afrique et d’Asie.

Pour plus d’information, veuillez télécharger la fiche d’information sur Bon départ en Tanzanie (PDF) ou l’infographie (PDF) ou bien lire le discours du président et directeur général de Nutrition International, Joel Spicer (en anglais seulement).