Nutrition International et la Fondation Kangourou de Colombie feront la promotion de l’expansion mondiale de la méthode mère kangourou

Par Kim Harding, Conseillère technique, Santé maternelle et néonatale et de nutrition

Nairobi, KENYA – Nutrition International et la Fondation Kangourou de Colombie ont collaboré à la création d’une feuille de route destinée à aider les pays à mettre la méthode mère kangourou (MMK) à l’échelle. La première ébauche a été présentée le 12 mai à Nairobi au Kenya, dans le cadre d’une rencontre organisée par Nutrition International et le ministère de la Santé du Kenya.

La MMK est une méthode de soins aux nouveau-nés recommandée pour les bébés nés avant terme (prématurés) ou de petite taille (faible poids à la naissance). Elle consiste à garder le bébé en contact corporel sur la poitrine de la mère ou d’un autre membre de la famille, l’idéal étant de ne le nourrir qu’au lait maternel, et à garder la mère et le bébé sous étroite surveillance une fois de retour à la maison.

Inspiré par la manière dont les mères kangourous portent leurs petits, un médecin de la Colombie a mis au point cette méthode dans les années 1970 pour s’attaquer aux problèmes auxquels il était confronté dans son hôpital, notamment le fait que plusieurs bébés devaient partager la même couveuse et les nombreux cas d’infection et de décès.

En plus de sauver des vies, la MMK est un excellent moyen de répondre aux nombreux besoins des bébés nés avant terme et ayant un faible poids à la naissance, parmi lesquels figurent l’allaitement maternel, la chaleur, la protection contre les infections, la sécurité, la stimulation et l’amour.

Malgré des preuves solides et grandissantes des avantages de la MMK, peu de pays ont réussi à la mettre à l’échelle.

Collaborer sur une feuille de route en vue de mettre en œuvre et à l’échelle la méthode mère kangourou

Reconnaissant ces lacunes et en s’appuyant sur une longue tradition à travailler pour améliorer la santé et la nutrition des femmes et des enfants, Nutrition International a commencé à appuyer la MMK en Inde en 2015, remarquant vite que la majeure partie des conseils sur la MMK cible les établissements de santé, alors qu’il y a peu d’informations pour guider les efforts nationaux pour la mettre à l’échelle. Fort de cette information, Nutrition International a pris contact avec la Fondation Kangourou de Colombie, une ONG qui mène activement des recherches et qui fait la promotion de la MMK en Colombie et dans le monde entier. Ils ont commencé à collaborer sur une feuille de route destinée à guider la planification et la mise en œuvre nationale de la MMK ainsi qu’à soutenir les gouvernements et leurs partenaires pour privilégier les investissements dans la MMK en fonction des besoins de leurs pays.

« La feuille de route s’appuie sur plus de 20 ans d’expérience et sera un outil de soutien pour tous les pays souhaitant évaluer l’état de la MMK chez eux et orienter les efforts et les investissements dans ce domaine. Notre approche dynamique indiquera clairement la prochaine étape aux pays se situant à différents stades de mise en œuvre de la MMK. La feuille de route les accompagnera, fournissant des conseils sur comment optimiser la mise en œuvre de la MMK, du niveau des soins les plus élevés jusqu’au niveau communautaire, aidant ainsi à assurer la continuité des soins. »
Dre Julieta Villegas, Coordinatrice du projet scientifique de la Fondation Kangourou de Colombie

Mise à l’échelle de la méthode mère kangourou au Kenya

Une première ébauche de la feuille de route a été présentée à Nairobi au Kenya, lors d’une rencontre convoquée par Nutrition International, le ministère de la Santé et la Fondation Kangourou de Colombie. Le but était d’évaluer l’état de la MMK au Kenya, de faire des mises à jour techniques sur la MMK et de fournir une rétroaction quant à l’orientation des efforts et investissements futurs dans la MMK, la feuille de route servant de guide. La rencontre a eu lieu au moment opportun car le ministère de la Santé  dirige la mise à l’échelle de la MMK au pays et cherche le soutien de partenaires.

En plus des représentants du ministère de la Santé, de Nutrition International et de la Fondation Kangourou de Colombie, des intervenants clés d’organisations  comme l’Agence américaine pour le développement international (USAID), PATH et l’UNICEF, ainsi que des pédiatres chevronnés et des professeurs étaient présents à la rencontre.

Les participants ont également eu l’occasion de constater par eux-mêmes l’impact de la MMK en visitant le service de néonatalité et la salle commune de MMK de l’hôpital national Kenyatta. Les mères kenyanes ont exprimé à Nutrition International toute l’importance de la MMK pour elles et combien elles apprécient passer du temps avec leurs bébés et d’avoir un contact physique avec eux, plutôt qu’ils soient en couveuse ou dans un berceau. En fait, une mère a affirmé que la MMK diminue le côté stressant de son expérience et lui permet de se sentir davantage comme une maman.

De telles expériences sont le reflet des nombreux avantages de la MMK, au-delà de sauver la vie de nouveau-nés. Les recherches laissent penser que la MMK peut améliorer la santé mentale des mères, par exemple en réduisant les symptômes de dépression et d’anxiété.

Nutrition International continuera de travailler avec la Fondation Kangourou de Colombie sur la feuille de route de la MMK et cherchera un apport d’experts en MMK et des intervenants afin de récolter l’expérience précieuse et les points de vue des autres. Lorsque finalisée, nous utiliserons la feuille de route pour supporter nos programmes régionaux et nous la partagerons avec nos partenaires à travers le monde – l’objectif étant de contribuer à assurer que tous les bébés prématurés et ceux souffrant de faible poids à la naissance auront la possibilité de bénéficier de la MMK.

Pour plus amples informations, contactez Kim Harding

À propos de la méthode mère kangourou (MMK)

La mortalité néonatale, qui intervient dans les 28 premiers jours de vie, représente plus de la moitié de tous les décès d’enfants de moins de cinq ans. Le monde a connu des progrès majeurs dans la réduction de la mortalité infantile ces dernières années, mais ces gains se sont produits principalement chez les enfants ayant dépassé la période néonatale – de la naissance à 28 jours. Il en résulte une augmentation de la part globale des décès avant cinq ans intervenant pendant la période néonatale.

Chez les bébés trop petits à la naissance, qu’ils soient nés avant terme (prématurés) ou ayant eu une croissance limitée, le risque de décès est encore plus grand. On estime à 15 millions par an le nombre de naissances prématurées. Leurs complications sont l’une des principales causes directes des décès avant cinq ans, soit un million chaque année et un facteur déterminant dans au moins 50 % de la mortalité néonatale totale.

Heureusement, beaucoup de ces décès sont évitables grâce à des interventions peu coûteuses fondées sur des données probantes, qui peuvent être réalisées mêmes dans des régions aux  ressources limitées. La méthode mère kangourou (MMK) en est un exemple : cette intervention d’importance vitale pour les bébés prématurés et de faible poids à la naissance consiste à nourrir l’enfant comme un kangourou (l’idéal étant l’allaitement exclusivement au sein), dans la position du kangourou (contact corporel précoce, continu et prolongé), avec un congé rapide de l’établissement de santé accompagné d’un suivi.

La MMK a été mise au point dans les années 1970 en Colombie comme alternative aux soins néonatals conventionnels, notamment les couveuses, pour répondre à l’insuffisance de ressources et aux taux élevés de maladies, de décès et de délaissement des nouveau-nés.

Une grande quantité de données de recherche met en évidence les nombreux avantages de la MMK et montre qu’elle est égale ou supérieure aux autres types de soins. Une revue systématique récente a démontré que la MMK réduit le risque de décès chez les nouveau-nés en faible poids à la naissance de 40 % par rapport aux soins conventionnels.