Mousumi : Travailleuse de la santé et défenseure de la nutrition maternelle au Bangladesh

Mousumi Akhtar, travailleuse de la santé communautaire, 25 ans, examine Shayla, 18 ans, enceinte de huit mois de son premier enfant.

Avec le soutien du Gouvernement du Canada, Nutrition International forme des travailleurs en santé communautaire au Bangladesh dans le cadre de L’Initiative pour un bon départ. Bon départ Bangladesh vise à faire bénéficier 2 millions de femmes et d’adolescentes en âge de procréer dans tout le pays de riz enrichi en fer et acide folique, en plus qu’à procurer de meilleurs services de nutrition et soins prénatals à 600 000 femmes enceintes dans 10 districts et deux villes constituées, d’ici 2020.

Une écharpe rose sur la tête et le cœur sur la main, Mousumi Akhtar, travailleuse de la santé communautaire de 25 ans, entre dans le village de Bonogram, district de Jamalpur, prête à passer une nouvelle journée à aider les mères de sa communauté à vaincre l’anémie et  se sent en confiance par rapport à leurs états de santé pendant toutes leurs grossesses.

Mousumi est l’une des 6 000 travailleurs en santé communautaire Bengalis faisant partie de l’équipe de services de santé du Gouvernement qui reçoivent de la formation de Nutrition International pour fournir aux femmes enceintes, aux mères et aux autres membres de la communauté des soins de santé et des conseils sur les comportements adéquats en matière de santé et nutrition maternelle et néonatale.

Bien que le pays ait fait des progrès considérables en ce qui concerne l’amélioration des cibles de santé et de nutrition, le fardeau de la malnutrition parmi les femmes en âge de procréer et les adolescentes demeure important. Près de 40 % des femmes en âge de procréer, incluant les adolescentes, souffrent d’anémie, ce qui risque d’avoir un impact sur leur bien-être physique, leur performance à l’école ou au travail et augmente la possibilité de complications à la grossesse. De plus, les mères adolescentes sont plus susceptibles à l’anémie. Autrefois réputé pour ses mariages précoces, le district de Jamalpur où Mousumi travaille se trouve aux prises avec des cas de grossesses chez les adolescentes.

Mousumi s’est donné pour mandat de travailler sans relâche pour s’assurer que toutes les mères du village, en particulier les adolescentes, reçoivent les meilleurs soins de santé possibles.

Rencontrant des mères anémiques tous les jours, l’un de ses principaux rôles est de fournir et d’éduquer les mères dans l’utilisation de suppléments en fer et acide folique, une intervention publique connue pour réduire le fardeau de l’anémie et rendre les grossesses plus sûres.

Quand nous l’avons rencontrée, Mousumi travaillait avec Shayla, une jeune femme de 18 ans enceinte de huit mois de son premier enfant. Lui ayant donné des comprimés de FAF, elle avait vite remarqué une amélioration notable dans son taux d’hémoglobine. Interrogée sur les effets secondaires potentiels des comprimés de FAF, Shayla a dit : « Je n’ai eu aucun problème, car Mousumi m’a demandé de ne prendre un cachet qu’après le repas. »

Le rôle de travailleur en santé de Mousumi ne s’arrête cependant pas là. Elle doit aussi :

❖    apporter son aide dans les traitements de la diarrhée infantile grâce au zinc et les SRO;

❖    promouvoir les vaccinations;

❖    s’assurer que les femmes enceintes reçoivent quatre visites prénatales;

❖    fournir des services de soins post-natals;

❖    dépister les cas de tuberculose; et

❖    organiser les séances de conseils communautaires, connues sous le nom de « Uthan Boithak », en vue de diffuser les messages concernant la santé et la nutrition.

Mousumi travaille en étroite collaboration avec Mahfuza Begum Ruma, coordonnatrice de district de Nutrition International, qui suit, supervise et forme les travailleurs en santé communautaire de la région. Mahfuza ne cesse d’être impressionnée par la somme d’efforts et de détermination dont font preuve les travailleurs en santé comme Mousumi.

« La majorité des travailleurs en santé communautaire du district sont très engagées vis-à-vis de leur travail. Je les ai vus mettre de côté leurs priorités personnelles pour se concentrer sur le bien-être de leurs communautés. C’est vraiment une source de joie pour moi de travailler avec eux et de les voir fournir des services de santé de grande qualité » a-t-elle dit.

Les travailleurs en santé communautaire comme Mousumi Akhtar aident à garantir que les femmes enceintes vulnérables du Bangladesh reçoivent la nutrition dont elles ont besoin pour avoir une grossesse et un accouchement en santé.

Mousumi compte également sur Mahfuza pour l’aider à affronter certaines croyances superstitieuses des populations rurales où elle travaille, qui ont une influence sur la mise en œuvre de services de santé maternelle et néonatale.

Par exemple, une peur commune parmi les mères du district de Jamalpur est d’être hantées par les fantômes, qui mettraient ainsi leurs enfants en danger si les nouveaux-nés sont emmenés à l’extérieur de la maison pour recevoir les vaccinations essentielles dans leurs 40 premiers jours de vie. Pour vaincre cette peur,  Mousumi et Mahfuza rendent plusieurs visites aux mères afin de leur enseigner les bienfaits des vaccins essentiels.

Grâce à la détermination et l’engagement incroyables de travailleurs en santé communautaire comme Mousumi, qui va au-delà des exigences de son travail quotidien, Nutrition International peut faire bénéficier plus de personnes d’interventions essentielles en nutrition et de façon plus efficace.

Renseignez-vous sur l’Initiative Bon départ au Bangladesh avec notre feuillet d’information et son résumé graphique.