On a salué l’iodation du sel comme étant une réussite en santé mondiale

À l’instar d’autres micronutriments, l’iode n’est nécessaire qu’en petites quantités à un bon développement humain – surtout au bon développement du cerveau. Un apport d’iode trop faible  génère des troubles dus à une carence en iode (TCI) – ce qui affecte la thyroïde et, plus important encore, le développement cérébral du fœtus, entraînant une réduction à vie de la capacité intellectuelle. Le nombre de bébés naissant chaque année sans la protection que l’iode apporte au cerveau en développement est estimé à 38 millions, avec pour conséquence que 18 millions souffrent de déficience mentale.

Nos aliments nous apportent de l’iode mais, quand les végétaux poussent et les animaux sont élevés dans des régions où le sol est pauvre en iode, le régime alimentaire des habitants est moins sain et les populations souffrent de troubles dus à une carence en iode (TCI).

Dans beaucoup de pays à revenus moyens ou élevés, l’ajout d’iode au sel a en grande partie résolu le problème de la carence en iode. L’iode intègre ainsi l’alimentation des animaux, les pains, les aliments transformés et les salières des maisons du monde entier. L’iodation du sel est considérée comme le type d’enrichissement d’aliment le plus fructueux.

Le sel étant également iodé dans les pays à revenus moyens ou élevés, 70 % des ménages consomment du sel iodé.  Malgré cette solution abordable, les troubles dus à une carence en iode demeurent une  grave menace pour la santé de plus d’un milliard de personnes.

L’appui aux efforts en vue de parvenir à l’iodation universelle du sel est la principale stratégie de Nutrition International pour aider à éliminer les TCI. Cela signifie que tout le sel alimentaire, qu’il soit destiné aux ménages, aux aliments transformés ou aux  animaux, est suffisamment iodé en fonction des quantités  consommées par l’ensemble de la population.

Avec le soutien du gouvernement du Canada, Nutrition International travaille depuis plus d’une décennie en vue d’accélérer l’allure et étendre l’adoption – ou la mise à l’échelle – de l’iodation universelle du sel partout dans le monde. Nous voulons parvenir à l’iodation universelle du sel, parce qu’elle est non seulement le véhicule parfait pour administrer l’iode, mais aussi une solution simple et abordable.

Il existe plusieurs obstacles à l’iodation du sel :

  • Les contraintes de production
  • Les problèmes d’approvisionnement, notamment en iodate de potassium (KI03)
  • La faible application des réglements et politiques
  • La demande insuffisante de la part des consommateurs

 

On a salué l’iodation du sel comme étant une réussite en santé mondiale – au cours des dernières décennies, les taux mondiaux d’iodation du sel ont grimpé de 30 % à 70 %, mais il y a encore des lacunes dans la couverture des personnes les plus vulnérables. Trente-huit millions de nouveau-nés naissent chaque année en présentant un risque de lésion cérébrale permanente, pourtant évitable, parce que leurs mères souffrent de carence iode. En collaboration avec les gouvernements de pays clé, Nutrition International conduit les efforts d’iodation en travaillant avec les petits producteurs de sel locaux pour fournir des techniques d’iodation simples et commodes, afin de rejoindre les foyers qui ne consomment pas encore de sel iodé.

Nous collaborons avec des partenaires partout dans le monde, afin de rejoindre les producteurs dans les régions les plus critiques, pour les mettre en contact avec les ressources d’aide à l’iodation. Nous aidons les gouvernements à concevoir des programmes nationaux de dépistage des troubles dus à la carence en iode, incluant les lois et le suivi,  de même qu’à collaborer avec succès avec les producteurs de sel.

Nutrition International apporte un soutien direct aux petits producteurs de sel, pour garantir non seulement que le sel qu’ils produisent est suffisamment iodé, mais aussi qu’ils disposent des outils dont ils ont besoin pour travailler de manière efficace. Nous fournissons le matériel et la formation en vue d’aider à moderniser l’industrie et ioder le sel. Nous encourageons les producteurs à monter des coopératives afin de mettre en commun les ressources et d’améliorer les techniques de production, la qualité, le conditionnement et le  marketing.

Nous fournissons un soutien technique et logistique à l’élaboration de plans d’affaires rentables. Les administrations locales sont associées au processus, pour créer des environnements propices, aider à financer les coopératives et surveiller l’iodation. Nous aidons les organismes  gouvernementaux à faire appliquer les règlements sur l’iodation obligatoire du sel.  Nous aidons également les gouvernements à évaluer les programmes d’iodation du sel – notamment à  mesurer l’impact de l’iodation du sel sur les niveaux d’iode au sein de la population.

Ce modèle de développement économique a des effets bénéfiques pour la santé tout en soutenant la croissance économique.

Environ 70 % de tous les ménages des pays à revenus moyens ou élevés ont à présent accès au sel iodé. Avec des partenaires comme l’UNICEF, le PAM, le Réseau de l’iode (IGN) et GAIN, les gouvernements, le secteur et les donateurs privés,  et notamment le soutien du gouvernement canadien, Nutrition International a aidé des pays dans le monde entier à produire suffisamment de sel iodé pour bénéficier à 386 millions de personnes.

  • En 2013, Nutrition International a appuyé l’iodation de près de 250 000 tonnes métriques de sel en Afrique, aidant à protéger plus de 2 millions de nouveau-nés de la carence en iode. Nous concentrons notre travail en iodation du sel au Sénégal, plateforme régionale pour l’Afrique de l’Ouest, au Nigéria, en Éthiopie et au Kenya, ce dernier étant la plateforme pour l’Afrique de l’Est.
  • En 2013 également, Nutrition International a appuyé la production de 1,2 million de tonnes métriques supplémentaires de sel iodé en  Asie, aidant à protéger près de 7 millions de nouveau-nés de la carence en iode.
  • Nous avons aidé à mettre en œuvre un système de localisation GPS innovant, pour localiser les petits producteurs de sel au Sénégal, au Bangladesh et au Pakistan, puis les mettre en relation avec les ressources d’aide à l’iodation.
  • Notre travail avec le Programme alimentaire mondial (PAM) est axé sur la capacité des producteurs de sel locaux à ioder le sel, dans les pays où les taux de carence en iode sont élevés.
  • Nous aidons le gouvernement du Pakistan et d’autres gouvernements à concevoir un programme national de dépistage des troubles dus à la carence en iode.

 

 

L’iodation du sel est considérée comme l’une des plus importantes initiatives en santé mondiale du XXe siècle. Elle permet de fournir l’un des micronutriments les plus essentiels à la capacité mentale, à la survie de la mère et du nourrisson, et à la productivité humaine. C’est pourquoi nous nous sommes posé la question suivante : si l’ajout d’iode au sel marche si bien, que pouvons-nous ajouter d’autre au sel pour améliorer la santé mondiale? Grâce à l’ajout de fer et d’iode, le sel doublement enrichi s’attaque à deux des principales carences en micronutriments au monde.

Quoique l’idée semble simple, il est complexe d’enrichir le sel de plus d’un micronutriment; mais notre motivation vient de l’espoir de renforcer la santé des personnes souffrant d’anémie consécutive à une carence en fer, dont le nombre est estimé à deux milliards .

Le sel doublement enrichi mis au point par Nutrition International et l’Université de Toronto bénéficie désormais chaque jour à 3 millions d’enfants, au Tamil Nadu, grâce au programme offrant un repas à midi à l’école.