Le défi: La survie et la santé des femmes et des nouveau-nés

N’ayant pas suffisamment accès à l’information sur la nutrition maternelle et les services de santé essentiels, de nombreuses femmes d’Afrique subsaharienne sont mal préparées pour satisfaire les besoins nutritionnels propres à la grossesse.

De meilleurs services pour les femmes enceintes et leurs nouveau-nés

Afin de combler ce manque de connaissances, Nutrition International entreprend un projet communautaire en santé et nutrition de la mère et du nouveau-né (SMNE et nutrition), qui est la plus grande étude jamais réalisée par Nutrition International.

Avec le soutien du gouvernement du Canada, par l’entremise du Ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement, nous montrons comment améliorer la qualité et l’utilisation des soins prénatals, d’accouchement et postnatals, dans les populations difficiles d’accès d’Éthiopie, du Kenya, du Sénégal et du Niger.

Non seulement les enseignements tirés de cette recherche mondiale profiteront aux quatre pays africains concernés, mais ils pourront également être adaptés aux contextes d’autres pays comme une manière innovante de faire bénéficier les personnes les plus vulnérables d’un programme essentiel et intégré de services de santé et nutrition.

Conception du programme

  • En réunissant spécialistes et partenaires mondiaux, Nutrition International a conçu un modèle de projet multi-pays concentré sur la période de 10 mois qui va de la conception au premier mois suivant la naissance, s’attaquant à une série de problèmes par le biais de projets pilotes de prestation de services en  SMNE et nutrition.
  • Le projet de chaque pays comporte un solide volet Évaluation et un plan de mobilisation, afin de garantir que les enseignements tirés des projets pilotes sont bien documentés, diffusés et utilisés pour guider la mise à l’échelle nationale du pro
  • Ce projet, l’un des plus grands projets d’évaluation en SMNE, nous permettra de rejoindre 100 000 femmes et nouveau-nés et de former plus de 2000 membres du personnel de santé communautaire et en établissements, en vue d’améliorer la nutrition dans les soins prénatals, obstétricaux et postnatals.

Priorités du projet communautaire en santé et nutrition de la mère et du nouveau-né

Intégration de la santé et la nutrition de la mère

Les suppléments de micronutriments sont essentiels pour prévenir beaucoup des troubles qui sont cause de mortalité et morbidité maternelles et néonatales, mais ils ne suffisent pas à eux seuls. L’accès aux soins prénatals et postnatals et leur amélioration sont essentiels – de même pour les soins obstétricaux d’urgence, puisque la plupart des décès se produisent dans les 28 heures suivant la naissance. Nutrition International collabore avec des partenaires expérimentés en vue de renforcer les services de soins de santé maternelle et néonatale.

Réduction de l’anémie ferriprive

L’anémie ferriprive (i.e. par diminution du taux de fer) présente un risque mortel très élevé pour les femmes enceintes et les fœtus qu’elles portent. On estime à 289 000 le nombre de femmes mourant chaque année des suites de complications de la grossesse et de l’accouchement. Or, un cinquième de ces décès sont associés à l’anémie ferriprive. En outre, l’anémie en cours de grossesse restreint la croissance du fœtus et entraîne une insuffisance pondérale à la naissance, ce qui peut contribuer à la mortalité et la morbidité néonatales et infantiles.

Réduction des problèmes liés à l’hypertension à l’aide de calcium

Parmi les gros risques encourus par les femmes enceintes, figurent également les problèmes liés à l’hypertension due à la grossesse, notamment la prééclampsie et l’éclampsie. Nous travaillons à réduire ces risques à l’aide de supplémentation en calcium. Les troubles liés à l’hypertentions sont la deuxième cause de mortalité maternelle dans le monde.

Prévention de la déficience physique et mentale à la naissance

Bien qu’elles présentent moins de risques pour la santé des femmes elles-mêmes, les carences maternelles en folate et en iode peuvent gravement affecter le développement du fœtus, avec parfois des conséquences graves pour les enfants. La carence maternelle en iode est la principale cause de déficience mentale évitable dans le monde.

Clampage tardif du cordon ombilical

Durant les six premiers mois de vie, le cordon ombilical est la principale source de fer transmis de la mère à l’enfant. On recommande le clampage tardif du cordon ombilical (soit le fait d’attendre au moins 60 secondes ou jusqu’à l’arrêt des pulsations du cordon pour le couper) tant pour prévenir l’hémorragie post-partum que pour renforcer les réserves de fer du nourrisson.

L’OMS recommande de clamper le cordon une à trois minutes après la naissance, en commençant à prodiguer les soins essentiels au nouveau-né. Le clampage précoce du cordon ombilical (moins d’une minute après la naissance) n’est pas recommandé, sauf si le nouveau-né est asphyxié et a besoin d’être immédiatement déplacé pour être réanimé.

Si le fait d’attendre l’arrêt des pulsations du cordon est la pratique conventionnelle dans de nombreux contextes cliniques, le clampage immédiat du cordon est encore courant. Nutrition International travaille avec ses partenaires pour garantir l’intégration de cette intervention d’importance vitale  à tous les projets en soins durant le travail et l’accouchement.

Démarrage précoce de l’allaitement maternel

L’OMS et l’UNICEF recommandent un démarrage précoce (dans la première heure de vie) de l’allaitement maternel. En effet, l’allaitement maternel précoce et exclusif réduit le risque d’infection, de diarrhée et de mort. Alors que l’allaitement maternel est courant dans de nombreuses parties du monde, les taux d’allaitement précoce sont souvent faibles en raison de coutumes et de croyances négatives à propos du colostrum ou « premier lait » sécrété par le sein. Le colostrum est une partie du lait maternel particulièrement riche en nutriments, mais beaucoup pensent qu’il est sale ou que sa consommation est dangereuse pour le bébé. De plus, on croit dans certaines cultures qu’il faut compléter l’alimentation des nouveau-nés avec de l’eau ou des aliments mous. Malheureusement, ces pratiques peuvent être préjudiciables pour la santé des nouveau-nés. Nutrition International et ses partenaires s’emploient donc à créer des messages innovants à destination des femmes, des familles et des travailleurs de la santé, afin de promouvoir le démarrage précoce de l’allaitement maternel précoce et exclusif.

 

PROJETS

CBMNH-africa-continent