La situation en santé de la mère et du nouveau-né au Kenya

Au Kenya, bien que la plupart des femmes enceintes effectuent au moins une visite prénatale, moins de la moitié se rend aux quatre visites recommandées qui leur garantiraient de recevoir les vaccins importants et les examens médicaux, ainsi qu’un suivi essentiel en santé et nutrition.

Notons qu’elles sont seulement 15 % à ne recevoir aucun soin durant le premier trimestre de leur grossesse.

La qualité des services prénatals varie considérablement, certaines collectivités et certaines femmes recevant des soins très insuffisants. La majorité des accouchements se passent encore en dehors des établissements de santé et sans personnel qualifié.

En tant que chef de file en nutrition mondiale, à travers le projet Linda Afya ya Mama na Mtoto, Nutrition International travaille pour une meilleure santé de la mère et du nouveau-né, en améliorant l’accès des femmes enceintes aux services prénatals, obstétricaux et postnatals au sein de la collectivité et en aidant à garantir que davantage de femmes utilisent ces services.

Objectif du projet

Obtenir de meilleurs résultats pour la santé de la mère en construisant un modèle de santé communautaire qui, non seulement augmente la demande en services de soins prénatals, d’accouchement et postnatals offerts aux femmes enceintes dans le système de santé public, mais améliore aussi la qualité des soins fournis en établissement, bonifiant pour finir les liens entre la collectivité et l’établissement.

Region: Comté de Kakamega, province de l’Ouest, Kenya

Cibles:

  • 58 000 femmes enceintes et nouveau-nés
  • 3750 membres du personnel de santé communautaire et en établissements formés aux solutions en santé maternelle et du nouveau-né.

Partenaires:

  • Mise en œuvre au niveau de la collectivité: AMREF
  • Mise en œuvre au niveau de l’établissement: Université de Washington, PRONTO
  • Évaluation: Université de Nairobi
  • Sensibilisation et politique: Ministère de la Santé du Kenya

Principales composantes

  • Les agents de santé communautaire promeuvent les services de soins prénatals, d’accouchement et postnatals en établissement, dans le cadre des visites à domicile, des journées communautaires de dialogue et des groupes de soutien affinitaires.
  • Les accoucheuses traditionnelles sont formées et évoluent vers leur nouveau rôle d’accompagnantes à la naissance.
  • Les fournisseurs des établissements de santé sont formés :
    • Au nouveau programme gouvernemental de soins néonatals et obstétricaux d’urgence;
    • Par la simulation et en équipe, en vue d’accroître leurs compétences en soins néonatals et obstétricaux d’urgence.
  • Utilisation du formulaire de déclaration d’incident évité de justesse de l’Organisation mondiale de la santé, pour surveiller la qualité des services d’accouchement.
  • Amélioration de la gestion de stocks des produits essentiels à la santé et la nutrition de la mère et du nourrisson
  • Promotion de la supplémentation en calcium durant la grossesse

NOTRE IMPACT

  • Promotion et recommandation des soins prénatals, notamment la supplémentation en fer et acide folique (FAF) et les soins postnatals (fournis en établissement).
  • Conseils en nutrition pendant toute la grossesse
  • Promotion de l’allaitement exclusivement au sein dès la naissance et jusqu’à 6 mois.
  • Naissance accompagnée en établissement par des membres de la collectivité qualifiés
  • Détection des signes de risques pendant la grossesse et orientation vers un accouchement en établissement.
  • Promotion de la pratique du clampage du cordon ombilical au moment idéal.
  • Réduire la prévalence de l’anémie durant la grossesse à terme par la supplémentation en FAF.
  • Réduire le pourcentage de nourrissons en insuffisance pondérale à la naissance.
  • Augmenter le pourcentage de femmes enceintes effectuant au moins quatre visites de soins prénatals.
  • Augmenter le pourcentage des naissances accompagnées par du personnel de santé qualifié.
  • Augmenter le pourcentage de mères commençant à allaiter dans l’heure suivant la naissance.
  • Augmenter le pourcentage de nourrissons de 0 à 5 mois nourris exclusivement au lait maternel.
  • Ce projet a permis de rejoindre 52 878 femmes et nouveau-nés et de former 3329 membres du personnel de santé intervenant à l’échelle communautaire et en établissement.
  • Plus de 50 collectivités et 7000 personnes ont participé aux « journées de dialogue » sur la santé.
  • Les activités de communication sur les changements de comportement, dont les groupes de mère à mère et de père à père, ont bénéficié à 25 387 en tout.
  • Plus de 300 accoucheuses traditionnelles s’épanouissent dans leur nouveau rôle d’accompagnantes à la naissance. À ce jour, 227 de ces dernières ont reçu des primes d’encouragement pour avoir référé plus de 2573 femmes à un établissement de santé pour leur accouchement.
  • La formation par la simulation et en équipe s’achève, avec 177 fournisseurs de services terminant le programme de soins néonatals et obstétricaux d’urgence du ministère de la Santé.
  • Solution provisoire trouvée concernant les denrées essentielles, l’évaluation de la chaine d’approvisionnement des établissements ayant permis d’identifier les ruptures de stock de médicaments essentiels.
  • Le système d’information communautaire a été créé et est utilisé en permanence pour le suivi du projet.
  • Les évaluations de référence et intermédiaires ont été réalisées et ont mis en évidence les grands problèmes et les possibilités d’amélioration de la qualité de service en santé de la mère et du nouveau-né.