Une démarche rigoureuse de A à Z en faveur de la survie de l’enfant

On estime à 6,3 millions le nombre d’enfants qui meurent, chaque année, avant leur cinquième anniversaire. Chaque mort est un événement singulièrement tragique et, dans la plupart des cas, elle est évitable. En effet, pour près de la moitié de ces enfants, elle a pour cause initiale la malnutrition ̶  notamment les carences en vitamines et minéraux.

Depuis plus de 20 ans, Nutrition International participe à la révolution en survie de l’enfant qui a fait chuter les taux de mortalité infantile à près de la moitié de ceux de 1990.

Il reste toutefois beaucoup à faire. C’est pourquoi nous axons autant de nos efforts sur la survie de l’enfant, œuvrant à accroître le nombre de ceux qui survivent après cinq ans pour avoir bénéficié d’interventions en micronutriments essentiels.

La voie à suivre est claire. Nous devons investir davantage dans les efforts visant à faire bénéficier plus d’enfants de solides interventions d’importance vitale. Nous devons également lancer de nouvelles solutions offrant une nouvelle possibilité d’accélérer les progrès en vue de sauver des vies d’enfants.

Vitamine A et zinc – garder les enfants en vie

La bonne nouvelle est que les efforts locaux, nationaux et mondiaux concertés sauvent plus de vies chaque année.

Parmi les principales interventions auxquelles on attribue ce progrès, se trouve la supplémentation en vitamine A. Il est prouvé qu’elle réduit de 23 % la mortalité chez les enfants de 6 mois à 5 ans, et, depuis près de deux décennies, Nutrition International collabore avec des partenaires et des gouvernements à l’intégrer aux programmes nationaux de santé infantile, partout dans le monde.

La supplémentation en vitamine A est devenue aujourd’hui l’une des plus efficaces interventions à grande échelle en survie de l’enfant.

Depuis ses débuts, Nutrition International est un leader mondial de la supplémentation en vitamine A. Aujourd’hui, avec le soutien du gouvernement du Canada, par le biais des Affaires mondiales Canada (AMC), nous répondons à environ 75 % des besoins mondiaux en suppléments de vitamine A. Rien qu’en 2013, avec nos partenaires nous avons fait bénéficier 180 millions d’enfants de deux doses de vitamine A.

Il y a longtemps que les effets salutaires de la vitamine A ont été prouvés, mais un autre micronutriment – le zinc [link 3.3.4] – est en train de devenir rapidement un nouvel outil passionnant dans la bataille contre les maladies et les décès infantiles. Ce métal est utilisé pour fabriquer du laiton et des piles; mais en traitement de la diarrhée, le zinc réduit de 23 % le taux de mortalité associé à cette maladie (OMS/UNICEF, 2013).

Étant donné que 760 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de déshydratation, de l’affaiblissement de leur système immunitaire ou de la malnutrition en lien avec la diarrhée, les résultats de la supplémentation en zinc signifient beaucoup pour la survie des enfants dans le monde. De plus, en complément alimentaire combiné aux sels de réhydratation orale (SRO), le zinc aide les enfants à se rétablir plus vite de la diarrhée, à résister plus longtemps à la maladie et à vivre moins d’épisodes par an. Enfin, le traitement d’un épisode de diarrhée coûte moins de 50 centimes. (*OMS)

La supplémentation en zinc prenant rapidement de l’importance, il en est allé de même pour nos programmes de sensibilisation et de soutien à sa mise en place à titre d’intervention en soins de santé primaires. Il reste encore à mettre les programmes à l’échelle dans quelques pays, mais nous sommes à présent en mesure de tirer parti de notre expérience de la supplémentation en zinc dans des pays comme le Sénégal, le Guatemala et l’Inde.

Ayant gagné notre réputation de bailleurs de fonds déterminés, de partenaires actifs et d’experts techniques en supplémentation en micronutriments, nous continuons de mettre en pratique notre obligation morale de sauver des vies d’enfants tous les jours.