Améliorer la santé et la nutrition en Afghanistan

Au bout de près de 10 ans de présence, nous avons pris la difficile décision de fermer notre bureau en Afghanistan. Avec une détermination exceptionnelle et un niveau d’effort particulièrement élevé, notre équipe a fait changer la vie de populations parmi les plus vulnérables, dans certaines des régions les plus difficiles à rejoindre.

Nous sommes fiers de nos collègues, des partenariats établis et de l’impact obtenu au cours de toutes ces années d’activité.

Les efforts de Nutrition International en Afghanistan

À partir de 2007, Nutrition International a travaillé en étroite collaboration avec le ministère de la Santé publique (MSP) et d’autres partenaires sur le terrain, en vue d’améliorer l’état nutritionnel de la population afghane.

Avec le soutien financier du gouvernement canadien, nous avons axé nos efforts sur des interventions de première priorité, afin d’améliorer la santé des plus vulnérables – en particulier les femmes et les femmes – en aidant à permettre l’accès aux vitamines et aux minéraux nécessaires à leur survie et à leur développement.

Un volet essentiel de nos efforts en Afghanistan a été l’aide au renforcement de la capacité des représentants officiels de la Division de la nutrition publique (DNP) du MSP, tant au niveau national que provincial.

À partir de 2009, année où nous avons aidé le MSP à élaborer une stratégie en matière de micronutriments, nous avons travaillé ensemble afin d’améliorer la planification, le suivi et la gestion des programmes en nutrition, en particulier ceux concernant les micronutriments, en priorisant l’amélioration de la collecte, de la gestion et du suivi des données en vue d’actions correctives.

Ce travail incluait le détachement d’un conseiller national en micronutriments au sein de la DNP/MSP, à compter de 2011, ce qui était important pour garantir que la nutrition demeurait une priorité. Plus récemment, Nutrition International a aidé le MSP à revoir la stratégie et la politique de l’Afghanistan en matière de nutrition publique – en s’appuyant sur les nouvelles données probantes, les politiques et les plans en nutrition et en santé déjà en place du gouvernement afghan – en vue d’orienter l’agenda du pays pour la nutrition.

Si vous désirez en apprendre davantage sur ce qui a été accompli, vous trouverez un aperçu de notre travail sous les onglets ci-dessous.

Renforcer le système immunitaire

À compter de 1999, par le biais de notre programme de don de vitamine A au titre de l’aide non financière, nous avons garanti la livraison de capsules de vitamine A de grande qualité pour appuyer la mise en œuvre du programme de supplémentation en vitamine A (SVA), partie intégrante des programmes en survie de l’enfant.

Chaque année, environ 4,4 millions d’enfants de moins de cinq ans ont bénéficié de ce programme. Par ailleurs, en tant que membre du groupe de travail national pour la SVA en Afghanistan, Nutrition International a participé à la planification nationale du programme de SVA.

Traiter la diarrhée infantile

Avec le soutien de Nutrition International, l’utilisation du zinc et des SRO pour traiter la diarrhée infantile a été considérablement renforcée en Afghanistan, incluant sa mise à l’échelle dans 13 provinces avec des composantes publiques et privées.

À titre de membre du groupe de travail sur le zinc du gouvernement afghan, Nutrition International a œuvré à l’amélioration du cahier des charges pour l’approvisionnement en suppléments de zinc, à la formation des fournisseurs de services publics et privés. Elle a aussi contribué à la promotion de la sensibilisation des soignants, au renforcement des modes de prestation et à l’amélioration du suivi et de la supervision.

Faits saillants de notre travail :

  • réalisation de projets pilotes dans 10 districts de deux provinces de 2011 à 2014, ce qui a aidé à traiter environ 300 000 épisodes de diarrhée infantile à l’aide du zinc et des SRO.
  • approvisionnement et distribution de 100 000 cures de zinc et SRO de grande qualité, par le biais du programme de base de service de santé (PBSS).
  • aide à l’augmentation du nombre d’enfants rejoints en zones urbaines, en formant 2500 praticiens et pharmaciens privés de cinq villes à l’utilisation du zinc et des SRO pour traiter la diarrhée infantile, conformément aux dernières lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé.
De meilleures pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant pour des enfants en meilleure santé

En 2014, Nutrition International a aidé à créer un solide programme d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) afin de prévenir et traiter la dénutrition infantile.

Ce programme mettait l’accent sur l’approche du continuum de soins pour améliorer  l’initiation en temps opportun, la qualité des aliments complémentaires et les quantités nécessaires aux enfants de 6 à 23 mois. Il a également soutenu la formation et la supervision des agents de santé communautaire, afin de leur garantir d’être mieux armés pour conseiller et appuyer les pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) et pour surveiller la gestion  communautaire de la malnutrition aiguë afin de prévenir une rechute. La fourniture de conseils d’ANJE aux mères et aux autres soignants faisait également partie de ce programme.

Utiliser les poudres de multinutriments pour améliorer la nutrition des enfants

Nutrition International a travaillé activement avec le gouvernement pour se servir des poudres de multinutriments (PMN) afin d’améliorer la qualité des aliments complémentaires et de prévenir l’anémie infantile dans le cadre des efforts d’amélioration de l’état nutritionnel des plus jeunes. Dans la politique et la stratégie de nutrition publique 2015-2020 du gouvernement, élaborée avec l’aide de Nutrition International, les PMN sont recommandées comme faisant partie des aliments complémentaires pour nourrissons.

Notre évaluation de la faisabilité et de l’efficacité de la mise en œuvre des programmes de fourniture de poudres de multinutriments aux enfants afghans de 6 à 23 mois a été positive. Selon nos conclusions, l’intervention s’est avérée efficace pour réduire l’anémie et a été bien acceptée par les mères, les soignants et les travailleurs de la santé.

Quelques faits saillants de notre travail :

  • Nous avons amélioré l’état nutritionnel des très jeunes enfants (entre 6 et 24 mois), environ 6,25 millions de sachets de poudres de multinutriments ont été distribués à quelque 50 000 enfants de deux provinces.
  • En 2010, avec l’appui de la FAO, Nutrition International a aidé à distribuer environ 1,2 million de sachets de PMN à 8100 enfants – 120 sachets par enfant – dans quatre districts de l’Afghanistan.
  • Nous avons fourni des PMN aux enfants de 13 districts des provinces de Wardak et de Laghman, appuyant la distribution des PMN par le biais des interventions en alimentation complémentaire, dans le cadre de notre projet en nutrition du nourrisson et du jeune enfant.
Réduire les effets de l’anémie chez les femmes enceintes

Dans le but de réduire et prévenir l’anémie parmi les femmes enceintes et d’aider à protéger les nouveau-nés des anomalies du tube neural, Nutrition International a mis en place un programme de  supplémentation en fer et acide folique (FAF) dans 15 provinces.

En 2013 puis en 2014, nous avons contribué à ce que 280 000 femmes enceintes reçoivent du fer et de l’acide folique (FAF). Nos efforts incluaient de :

  • Former près de 10 000 membres du personnel des établissements de santé au programme de supplémentation en FAF.
  • Renforcer la gestion de la chaîne d’approvisionnement.
  • Créer du matériel de communication pour le changement comportemental, afin de sensibiliser la collectivité.
  • Encourager l’offre de séances de conseils aux femmes enceintes.

La promotion faite par Nutrition International auprès du PBSS et du ministère de la santé publique a conduit à l’adoption des lignes directrices de l’OMS, lesquelles incluaient un cahier des charges pour le produit, l’emballage, l’amélioration de la gestion de données et l’intégration des FAF dans le programme de soins de santé prénatals.

Réduire les risques de troubles dus à une carence en iode

Afin de réduire les troubles dus à une carence en iode par le biais de notre programme d’iodation du sel, Nutrition International a travaillé à partir de la base en Afghanistan.

Notre travail aux côtés de partenaires clés comprenait d’évaluer les mines de sel et les lacs salés d’Afghanistan, de former le personnel des installations de broyage du sel et les agents en nutrition sur l’importance du sel suffisamment iodé, d’appuyer le fonds renouvelable permettant la durabilité du programme, de garantir l’assurance de la qualité et d’aider à la création d’un système de gestion de l’information au ministère de la Santé.

Ce programme a contribué aux efforts de prévention de la carence en iode chez les nouveau-nés, les jeunes enfants et les femmes enceintes, et dans l’ensemble de la population.

En 2009, Nutrition International a lancé un programme de nutrition d’urgence pour répondre aux besoins des femmes et des enfants affectés par l’instabilité politique et le climat d’insurrection. Il s’agissait d’un programme intégré, mis en œuvre dans 22 districts de 11 provinces prioritaires. Dans le cadre de ces efforts, nous avons aidé à assurer à ceux qui en avaient besoin l’accès à des interventions en nutrition d’importance vitale :

  • 230 000 enfants de moins de 5 ans ont reçu des sachets de poudre de multinutriments (PMN), composante d’une alimentation appropriée du nourrisson et du jeune enfant.
  • 70 000 enfants ont reçu du zinc et des SRO pour traiter la diarrhée.
  • 125 000 femmes enceintes ont reçu des comprimés de fer et d’acide dolique (FAF) pour réduire l’anémie et les complications qui y sont liées et prévenir les anomalies du tube neural chez les nouveau-nés.