Le travail de Nutrition International au Népal

Nutrition International a commencé à travailler au Népal en 1998. Avec le soutien du gouvernement canadien et en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et de la Population de Népal (MSP), nous avons axé nos efforts sur des interventions hautement prioritaires afin d’améliorer la nutrition et la santé des personnes les plus vulnérables – en particulier les femmes et les enfants – pour les aider à survivre et s’épanouir.

Dès le départ, Nutrition International  a été partenaire actif du gouvernement népalais pour formuler les politiques de santé et nutrition.

Nutrition International Népal a fourni des éléments en matière de supplémentation en micronutriments et d’enrichissement des aliments au plan quinquennal multisectoriel pour la nutrition en vue de réduire la malnutrition, conduit par la commission nationale de planification. De plus, nous avons aidé à élaborer les premier et deuxième plans d’action quinquennaux de lutte contre l’anémie chez les femmes et les enfants.

Renforcer le système immunitaire

De 1999 à 2012, Nutrition International a satisfait 100 % de la demande népalaise de capsules de vitamine A, pour appuyer le programme national de supplémentation en vitamine A (SVA), dans le cadre du programme de dons du  gouvernement canadien au titre de l’aide non financière. À partir de 2013, Nutrition International a répondu à 50 % des besoins du Népal en capsules fortement dosées de vitamine A (200 000 UI). En tant que membre du comité directeur national pour la SVA au Népal, Nutrition International a apporté une expertise technique à la finalisation du cahier des charges pour les capsules fortement dosées destinées aux enfants (6 à 59 mois), afin d’appuyer la prise en mains de l’approvisionnement par le pays. Nutrition International a également aidé à mettre en œuvre des projets pilotes d’essai de faisabilité de fourniture de la SVA aux nouveau-nés et des stratégies de prestation de la SVA ciblant les enfants de 6 mois, ce qui a débouché sur une mise à l’échelle graduelle de la stratégie par le gouvernement népalais. En 2015, Nutrition International a fourni un soutien technique et financier au MSP (par l’intermédiaire de l’UNICEF) pour renforcer la SVA dans 7 districts, afin que les nourrissons de 6 à 8 mois en bénéficient, en recourant à plusieurs modes de prestation.

Traiter la diarrhée infantile

À partir de 2009, Nutrition International a aidé le gouvernement à s’attaquer à la diarrhée infantile à l’aide du zinc et des sels de réhydratation orale, un traitement simple et abordable. Cela incluait un projet pilote sur deux ans visant à faire la preuve de stratégies de programme adaptées pour augmenter l’utilisation du zinc et des SRO comme traitement de la diarrhée infantile. Au niveau des politiques, Nutrition International a aidé le groupe d’assistance technique népalais (NTAG) à intégrer le zinc et les SRO dans l’enquête nationale sur la situation des  micronutriments.

Autres résultats obtenus :

  • Nutrition International a révisé la politique, la stratégie et le programme de traitement de la diarrhée infantile du Népal, recensant les lacunes et faisant des recommandations pour renforcer le programme.
  • Nutrition International a également aidé le département gouvernemental des services de santé à former les fournisseurs de services de santé et les pharmaciens du secteur public, à renforcer les  mécanismes de la chaîne d’approvisionnement et les systèmes de surveillance et d’établissement de rapports.
    • Le programme a été élargi à 12 districts et, en 2014 et 2015, près de 320 000 épisodes de diarrhée ont été traités à l’aide du zinc et des SRO à osmolarité réduite, par le biais des fournisseurs du secteur public.
  • Par ailleurs, Nutrition International a donné à 12 200 travailleurs de la santé et femmes bénévoles en santé communautaire (FBFC) une formation sur la prestation de services, la chaîne d’approvisionnement, la tenue des dossiers. Nutrition International a également formé 260 pharmaciens à l’utilisation du zinc, en s’assurant qu’ils disposaient du matériel de communication pertinent pour conseiller les soignants.
  • Afin d’améliorer la consignation au dossier et l’établissement de rapports dans le système d’information de gestion de la santé (SIG de la santé), Nutrition International a aidé le gouvernement à mettre en place des outils modifiés pour consigner les données sur la diarrhée infantile, tout en continuant à fournir une supervision accompagnée d’un soutien aux travailleurs de la santé.
Appuyer les micronutriments pour une meilleure santé

Depuis 2013, Nutrition International appuie un projet pilote en vue d’améliorer la prestation d’interventions essentielles en micronutriments dont : la SVA des enfants de 6 à 59 mois, la supplémentation en fer et acide folique (FAF) des femmes enceintes et la fourniture de zinc et de SRO à faible osmolarité aux enfants de 2 à 59 mois souffrant de diarrhée. L’axe prioritaire du projet était de renforcer quatre pièces maîtresses du système de santé : la prestation de services, la chaîne d’approvisionnement, la consignation au dossier et l’établissement de rapports, et la gouvernance locale  en matière de santé.

Réduire les conséquences de l’anémie chez les femmes enceintes

Lors de l’enquête nationale sur les micronutriments réalisée au Népal en 1998 (NNMS), financée par Nutrition International, l’anémie s’est révélée être un grave problème de santé publique.

Avec Nutrition International et l’UNICEF comme principaux partenaires donateurs extérieurs, en 2003 le gouvernement népalais a lancé le programme d’intensification de la supplémentation en fer (ISF) dans cinq districts, puis l’a mis à l’échelle au cours des neuf années suivantes afin de couvrir 74 des 75 districts.

Depuis lors, Nutrition International a appuyé la supplémentation en fer et acide folique (FAF) des femmes enceintes au Népal, par le biais du programme d’intensification des micronutriments chez la mère et le nouveau-né (IMNMP). L’aide technique et financière apportée par Nutrition International à la Division de la santé infantile du Népal s’est concentrée sur la consolidation des réalisations, ainsi que sur le renforcement et la mise à l’échelle de l’IMNMP.

Si bien que la couverture des femmes enceintes en suppléments de FAF est passée de 58 % en 2006 à 80 % en 2011, selon l’enquête démographique et sanitaire (EDS) 2011. À l’échelle nationale, on estime que plus de 80 % des femmes enceintes (600 000) ont reçu des comprimés de FAF chaque année depuis 2013, avec l’aide de Nutrition International. Au niveau des districts, Nutrition International a aidé à optimiser les stocks et à concevoir des stratégies en vue d’étendre la portée du programme.

Nutrition International a fourni une assistance technique à la section SIG de la santé, Division de la gestion, pour optimiser la consignation au dossier et l’établissement de rapports concernant la supplémentation en FAF. Avec l’appui de Nutrition International, 9000 travailleurs de la santé et femmes en santé communautaire bénévoles (FBSC) ont bénéficié d’un perfectionnement en 2013 et 2014, pour fournir des conseils appropriés et efficaces.

Réduire les risques de troubles dus à une carence en iode

Nutrition International a apporté un appui technique et financier pour conduire l’enquête sur la situation des troubles dus à la carence en iode (TCI) au Népal, réalisée en 2005. Cette dernière ayant révélé une utilisation du sel suffisamment iodé plus faible dans les districts de l’est et du centre du Terrai, Nutrition International a réagi en fournissant un soutien financier, par le biais de l’UNICEF, afin de mettre en œuvre une campagne de marketing social communautaire à propos du sel iodé, dans 9 districts de l’est et du centre du Terrai, en 2008 et 2009. Après cette intervention, la proportion des foyers utilisant les paquets de sel portant le logo à l’effigie de deux enfants (qui signale une teneur suffisante en iode) est passée de 23 % à plus de 70 %. Cela a considérablement contribué à accroître la couverture nationale en sel suffisamment iodé, de 58 % en 2005 à 80 % en 2011 (EDS).

Enrichir les aliments de base pour améliorer la santé

En 2011, huit ans de collaboration entre Nutrition International et le gouvernement népalais ont conduit à l’adoption d’une loi sur l’enrichissement obligatoire exigeant que les grands moulins à cylindres enrichissent la farine de blé en FAF et en vitamine A, afin de réduire l’anémie ferriprive chez les femmes. À la suite de quoi, environ 75 % des moulins à cylindres du Népal ont rejoint le programme.

Nutrition International a appuyé l’enrichissement tant par les moulins à cylindres qu’à petite échelle dans les villages.  De ce fait, en 2014, 20 moulins à cylindres ont produit environ 62 000 tonnes métriques de farine de blé enrichie.

  • On estime à environ 689 000 le nombre de femmes en âge de procréer ayant eu accès à de la farine de blé enrichie.

Depuis 2009, Nutrition International appuie des petits projets d’enrichissement dans le district de Lalitpur. Elle a maintenu son soutien aux efforts d’enrichissement du Népal en vérifiant la qualité, en donnant de la formation en assurance de la qualité et en apportant un soutien technique et financier au Département des technologies alimentaires et du contrôle de la qualité, de manière régulière, afin d’orienter les inspecteurs et analystes des aliments vers le programme d’enrichissement de la farine et son suivi.

Vers l’avenir

Nutrition International prévoit d’aider l’UNICEF à réaliser l’enquête nationale sur la situation des  micronutriments au Népal (ENSMN), actuellement en cours et devant s’achever d’ici juin 2017. L’ENSMN permettra d’évaluer la situation des micronutriments – notamment le bilan en vitamines A et B12, en fer, en acide folique, en iode et en zinc – au sein de populations représentatives du Népal, ainsi que l’état d’anémie des populations vulnérables du pays. Les résultats de cette enquête devraient servir à renseigner les programmes en santé et nutrition du Népal dans les prochaines années.