Nutrition International, and Alive & Thrive.

Aperçu

L’outil sur le coût de ne pas allaiter vise à fournir aux décideurs politiques et aux défenseurs de l’allaitement un outil convivial pour générer des estimations des bénéfices potentiels en termes de santé, de capital humain et d’économie sur l’intensification des stratégies de promotion et de soutien de l’allaitement. Les données probantes produites par l’outil feront partie intégrante de la sensibilisation des gouvernements, du secteur et des donateurs pour l’intensification de l’allaitement maternel, conformément aux sept actions politiques recommandées par le Global Breatsfeeding Collective (en anglais seulement).



L’outil sur le coût de ne pas allaiter a d’abord été développé entre 2017 et 2019 par le Dr Dylan Walters et Alive & Thrive, avec un financement de la Fondation Bill & Melinda Gates. Cet outil a joué un rôle déterminant dans la défense d’intérêts au niveau mondial, en étant utilisé pour le dossier d’investissement du Global Breastfeeding Collective, et au niveau national en soutenant directement les efforts de défense d’intérêts pour des changements de politiques et l’augmentation des investissements dans la nutrition maternelle et infantile dans de nombreux pays. En 2022, Nutrition International a mis à jour et développé la deuxième version de l’outil en partenariat avec Alive & Thrive et Limestone Analytics, avec le financement du gouvernement du Canada. Cette nouvelle version de l’outil contient des jeux de données actualisés, de nouveaux indicateurs, une nouvelle fonction permettant de calculer les résultats pour différents scénarios ou objectifs de taux d’allaitement, et un accès en ligne aux résultats pour plus de 100 pays.


Pourquoi l’allaitement ?

L’allaitement maternel sauve des vies. Il contribue à protéger contre les infections infantiles, fournit une nutrition optimale, favorise une croissance idéale, améliore le développement cognitif et est associé à la réduction de la prévalence du surpoids et du diabète plus tard dans la vie.

Il a également des effets protecteurs sur la prévention du cancer du sein et des ovaires, ainsi que du diabète de type I chez les mères. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande des pratiques d’allaitement qui consistent en une initiation précoce à l’allaitement dans l’heure qui suit la naissance, un allaitement exclusif pendant six mois et la poursuite de l’allaitement avec une alimentation complémentaire pendant au moins deux ans.

Malgré les preuves substantielles des avantages de l’allaitement pour la santé et les fonctions cognitives, plus de 50 % des enfants ne sont pas nourris au sein conformément aux recommandations de l’OMS. Le taux mondial d’allaitement maternel exclusif est passé de 36 % en 2000 à 44 % en 2020, et les taux actuels d’initiation précoce de l’allaitement maternel et de l’allaitement maternel continu jusqu’à l’âge de deux ans sont respectivement de 48 % et 65 %. Toutefois, le rythme actuel d’augmentation du taux d’allaitement exclusif est insuffisant pour atteindre l’objectif mondial de l’Assemblée mondiale de la santé en matière de nutrition, à savoir porter le taux d’allaitement maternel exclusif au cours des six premiers mois à au moins 50 % d’ici 2025.

Pour en savoir plus ou pour de l’aide pour l’utilisation de l’outil, veuillez contacter healthecon@nutritionintl.org.