Souleymane, l’entrepreneur producteur de sel sénégalais

souleymane_1 Ayant de la difficulté à joindre les deux bouts à Dakar, au Sénégal, Souleymane a choisi de retourner dans sa communauté d’origine, Ndiémou, pour faire l’essai de la récolte du sel. En tant qu’entrepreneur, il a été choisi pour participer à un projet de microentreprise appuyé par l’IM, qui comprenait une formation en développement des affaires et un soutien dans le processus de demande de prêt pour financer son projet qui consistait à augmenter la production et l’iodation du sel. Il a suivi une formation en gestion d’entreprise, a préparé un plan d’affaires et a acheté de l’équipement ainsi que des parcelles de terre, afin d’étendre et améliorer la gestion de sa production de sel. Son travail acharné a porté ses fruits, car il emploie à présent plus de 60 personnes,principalement des femmes, et possède une entreprise prospère de production de sel et plusieurs parcelles. Tout le sel qu’il produit est adéquatement iodé et vendu au Sénégal et dans toute l’Afrique de l’Ouest.

souleymane_2 Le Sénégal est le plus gros producteur de sel de l’Afrique de l’Ouest. Le sel qui y est produit est vendu dans les pays de toute la région. La garantie que le sel est iodé signifie qu’on réduit le risque de troubles dus à la carence en iode pour des millions de personnes. Au Sénégal, l’IM travaille principalement avec les petits producteurs, ceux qui vendent leur sel à bas prix ou qui le troquent et l’échangent contre d’autres produits, souvent auprès des familles et de communautés pauvres qui sont les plus exposées aux carences en micronutriments.

souleymane_3En 2012, l’IM a soutenu 1 000 récoltants de sel sénégalais dans la production de 74 000 tonnes métriques de sel adéquatement iodé, dont plus de 4,4 millions de personnes dans la région ont pu bénéficier, et en protégeant 166 000 personnes des lésions cérébrales permanentes causées par la carence en iode.

Grâce à l’appui du gouvernement du Canada, l’IM travaille également auprès de producteurs comme Souleymane pour qu’ils se regroupent et forment des microentreprises officielles, ce qui leur permet de partager les coûts du matériel d’iodation et de l’iodate de potassium. Cette façon de faire permet aux producteurs de réduire les coûts de production et d’assurer la disponibilité permanente des fournitures essentielles comme l’iodate de potassium; cela leur donne également accès à un plus grand marché et assure l’uniformité de distribution de l’iode dans le sel. De plus, ils offrent la possibilité de travailler à des centaines de jeunes des villages environnants et leur permettent de demeurer dans leur communauté, où ils bénéficient de réseaux de soutien, plutôt que de faire face à l’incertitude en déménageant à Dakar. Ce modèle de développement économique engendre des retombées significatives sur la santé.

Souleymane affirme être surtout fier de pouvoir donner du travail à des femmes et mesurer les bienfaits sur leur famille et dans l’ensemble de sa communauté. Alors que l’entreprise croît, les employées peuvent nourrir leur famille, acheter des livres scolaires et améliorer leur qualité de vie. Il espère que le développement de l’entreprise lui permettra d’augmenter le modeste salaire de ses employées et de leur fournir plus d’équipement de sécurité.