S’abonner à notre info-lettre

Quatre gouvernements de comtés du Kenya ont dévoilé leurs plans d’action de comté en matière de nutrition (PACN) 2019 – 2023. Les gouverneurs des comtés de Busia, Vihiga, Nandi et de Makueni ont présenté leurs plans d’action lors d’événements hauts en couleurs qui ont rassemblé de nombreux intervenants, dont le président et directeur général de Nutrition International, Joel Spicer, des représentants de ministères nationaux et de comté, ainsi que des partenaires en nutrition.

Le principal objectif des PACN est de contribuer au Plan d’action national pour la nutrition du Kenya (PANNK) 2018 – 2022 qui, par une nutrition optimale, vise à atteindre une vie plus saine et de meilleure qualité, et améliorer la productivité pour accélérer le développement social et la croissance économique du pays. Fort de l’appui de Nutrition International et de ses partenaires, l’élaboration du PANNK donne une direction stratégique et accélère les efforts de mobilisation afin d’enrayer la malnutrition, enjeu important de santé publique. Le PANNK a servi de guide à l’élaboration des PACN qui répondent aux problèmes nutritionnels particuliers à un comté et proposent des interventions adaptées au contexte local.

L’élaboration des PACN s’inscrit dans le cadre des changements survenus dans l’échiquier politique du Kenya qui a vu la création de 47 gouvernements de comtés. Les gouvernements de comtés jouent dorénavant un rôle critique pour assurer la mise en œuvre réussie d’actions en nutrition durables. Avec l’appui du gouvernement du Canada et le financement du gouvernement britannique par le biais d’UK aid, Nutrition International et ses partenaires apportent un soutien technique pour élaborer les plans d’action en nutrition dans 16 comtés, y compris les sept premiers comtés prioritaires. Les plans ont vu le jour à la suite d’un processus de consultation auprès des intervenants en santé et en nutrition et des représentants des services opérationnels des comtés. Les responsables de la santé du comté, les services opérationnels du gouvernement du comté, les ministères de tutelle du comté, les partenaires au développement et les partenaires de mise en œuvre ont également participé au processus.

Les PACN identifient les actions prioritaires multisectorielles en nutrition pour chaque secteur, définissent les objectifs de chaque intervention et procurent un cadre de surveillance et de responsabilisation. De plus, ils chiffrent le coût des interventions, renseignements utiles aux activités de planification et de budgétisation des gouvernements de comté.

« Voilà plus de 25 ans que Nutrition International reste fidèle à sa vision principale : un monde où tous les gens, peu importe où ils se trouvent, sont à l’abri de malnutrition et peuvent atteindre leur plein potentiel. Nutrition International Kenya travaille étroitement avec le gouvernement (national et des comtés), pour appuyer la recherche, l’élaboration de politiques et la mise en œuvre d’interventions en nutrition dans le pays. L’élaboration des plans d’action de comté en nutrition au Kenya constitue un jalon important de notre quête qui vise à combattre la malnutrition », indique Martha Nyagaya, directrice nationale de Nutrition International au Kenya, lors du dévoilement des plans.

Les gouverneurs de comtés ont exprimé leur gratitude envers Nutrition International et les partenaires qui ont appuyé l’élaboration des PACN, les qualifiant de feuilles de route pour améliorer la nutrition au Kenya.

« Les PACN éclairent les chantiers de mise en œuvre d’activités de faible coût et d’impact élevé – des activités qui produiront le plus grand impact chez le plus grand nombre de personnes », déclare monsieur Spicer. « Il faut une approche multisectorielle puisque la nutrition constitue un enjeu multisectoriel, recoupant la santé, l’éducation et l’agriculture. Le plan établit aussi des cibles et des mécanismes de coordination et de responsabilisation qui sont essentiels pour s’assurer que le plan n’est pas qu’un simple bout de papier, mais bien un outil qui sauve et améliore la vie des gens. »

On estime qu’entre 2010 et 2030 au Kenya, la sous-nutrition coûtera environ 38,3 milliards de dollars US à l’économie. « Imaginez ce qui pourrait être accompli avec tout cet argent s’il était investi au service de la prévention et de la santé, » précise monsieur Spicer.

Lors du dévoilement du PACN de Makueni, la responsable de la division Nutrition et diététique du Kenya, Veronica Kirogo, a décrit brièvement la malnutrition au pays. Le Kenya est aux prises avec un triple fardeau nutritionnel alors que la sous-nutrition (retards de croissance, l’émaciation et le faible poids), le surpoids ou l’obésité et les carences en micronutriments coexistent. Des 7,22 millions d’enfants de moins de cinq ans, près de 1,9 million d’enfants ont des retards de croissance (26 %), 290 000 souffrent d’émaciation (4 %) et 794 200 (11 %) ont un poids insuffisant.

À la suite du dévoilement des PACN dans quatre comtés, Nutrition International a tenu une table ronde avec des représentants des gouvernements de comtés afin de mobiliser des ressources pour la nutrition par le biais de subventions appariées et ainsi aspirer à accroître l’allocation des ressources internes aux plans en nutrition chiffrés.